Accueil Actualités Affaire Ousmane Gaoual : La partie civile s’explique!

Affaire Ousmane Gaoual : La partie civile s’explique!

64
PARTAGER

Le jeudi 04 Août 2016, le collectif des avocats du RPG (parti au pouvoir, ndlr) était devant les journalistes dans la salle de conférence Mohamed Koula Diallo à la maison de la presse de Colétah. Objectif : donner leur opinion sur le centre juridique de la plainte du 1ER Août 2016 qui a été adressée au procureur général près le tribunal de première instance de Conakry II Dixinn contre l’honorable Ousmane Gaoual Diallo, député à l’assemblée nationale.

Selon Me Dinah Sampil, ancien bâtonnier, la plainte introduite par ces clients, dont  M. Sanoussy Bantama Sow, ministre conseiller à la présidence, M. Malick Sankhon, directeur général de la Caisse National de Sécurité Social et de M. Hady Barry, secrétaire général du ministère des Affaires Etrangères, tous membres du bureau politique du RPG-Arc-en-ciel, est dirigé contre l’honorable député  Ousmane Gaoual en raison des propos qu’il a tenu le samedi 30 juillet dernier lors du meeting de son parti (UFDG, ndlr) à Matam.

Il estime cependant, que ces propos sont graves et porte préjudice à leurs clients. « Notamment, sur leur honneur, leur réputation et autres, dans la mesure où les vies humaines et les patrimoines sont concernés », a-t-il dit avant d’ajouter que c’est pourquoi : « il faut nécessairement empêcher la mise en application de ses propos. Pour cela, il nous a semblé nécessaire d’entreprendre des actions, au rang de celle-ci, nos clients soucieux du maintien de la paix social dans le pays, gage certaine quiétude et de la sécurité qui restent les moteurs de tous processus de développement, ont privilégiés la voix judiciaire pour le règlement des différends en lieux et places des mouvements de rue ».

A propos de l’humunité parlementaire du député Ousmane Gaoual, l’avocat est d’accord sur le principe mais n’exclut pas l’exeption « Evidemment, c’est ça le principe mais il y a des exceptions. Dans ce cas espèce l’humunité parlementaire ne jouerait pas au bénéfice de celui qui l’a porte, lorsque c’est une procédure de flagrant délit qui est déclenchée contre lui. Le flagrant délit consiste à ce que l’auteur de l’infraction poursuivit ait été trouvé sur les lieux de commission », a-t-il expliqué.

Nantènin Traoré

Print Friendly, PDF & Email