Accueil International Afrique du Sud: le sort de Zuma fixé dans les « prochains jours »

Afrique du Sud: le sort de Zuma fixé dans les « prochains jours »

683
PARTAGER
crédit photo RFI

Par AFP- La querelle sur le départ anticipé du très controversé président sud-africain Jacob Zuma sera tranchée « dans les prochains jours », a promis mercredi son probable successeur Cyril Ramaphosa, qui en discute directement les détails avec l’intéressé.

Après plusieurs jours de débats aussi vifs que confus, M. Ramaphosa, le nouveau chef du Congrès national africain (ANC) au pouvoir, a tenté de rassurer le pays plongé dans une crise politique majeure.

« C’est une période difficile », a-t-il reconnu, mais des discussions entre les deux principaux acteurs politiques sud-africains sont désormais en cours sur « la transition et les questions liées au poste de président de la République ».

Les échanges ont été « constructifs et ont posé les fondations d’une résolution rapide », a assuré M. Ramaphosa. « Le président et moi-même seront en mesure de rendre compte au pays dans les prochains jours » de l’issue de ces échanges, a-t-il ajouté.

La veille, l’ANC avait déjà fait état de « discussions fructueuses » entre le président Zuma et le chef de l’ANC, mais sans donner plus de détails, alimentant les rumeurs les plus folles.

La présidence avait dû publier deux communiqués pour démentir les plus persistantes.

La question épineuse d’un départ anticipé de M. Zuma, dont le mandat expire en 2019, empoisonne l’ANC depuis l’élection en décembre de son nouveau chef, Cyril Ramaphosa, qui s’est fait le chantre de la lutte anti-corruption.

Le président est mis en cause dans plusieurs scandales qui défraient la chronique depuis des années.

– ‘Paralysie’-

Jusqu’à présent M. Zuma, réputé retors et tenace, a superbement ignoré les appels à démissionner, profitant des atermoiements de son parti, profondément divisé sur le sujet.

Dimanche, il a une nouvelle fois refusé obstinément de se plier aux injonctions de la direction de l’ANC, affirmant selon les médias locaux n’avoir rien à se reprocher.

Mais depuis le début de la semaine, le cours des événements s’est accéléré.

Le très attendu discours annuel du président sur l’état de la nation, un des temps forts de la vie politique sud-africaine, a été repoussé mardi à une date indéterminée pour éviter les débordements dans l’hémicycle. Une première.

« Ce report est extraordinaire. Il paralyse les affaires courantes du gouvernement », a constaté l’analyste politique Richard Calland.

Autre coup de théâtre, l’ANC a reporté une réunion extraordinaire destinée à trancher mercredi la question de la « transition ».

lire la suite sur africatime

 

Print Friendly, PDF & Email