Accueil Femmes Conflit de compétence à la CENI : La Directrice de la planification...

Conflit de compétence à la CENI : La Directrice de la planification brise le silence !

102
PARTAGER
Mme Camara Djénabou Touré,Directrice de la planification CENI

« Je suis pour la loi, je suis pour la paix, la quiétude sociale et la défense des intérêts de mon pays… Je n’accuse pas les responsables hiérarchiques, nous sommes plutôt dans un système où les propres responsables se trouvent pris en otage. C’est pourquoi j’ai décidée au prix de ma vie, de ne plus me taire sur les agissements qui risquent de compromettre les améliorations du fichier électoral », c’est par ces mots que Mme Camara Djénabou Touré, directrice du département de la planification et du fichier électoral, a entamé sa déclaration qu’elle a rendu public ce vendredi 13 mai devant un groupe de journaliste dans les locaux de la Comission Electorale Nationale Indépendante (CENI).

Selon elle, le fichier électoral est le socle d’une élection. Sa gestion n’est pas une opération banale d’achat d’ordinateurs ou d’équipements. C’est pourquoi, à travers cette déclaration, dit-elle : « j’attire l’attention du président de la CENI, sur un certain nombre de commissaires et assistants que je traite de ‘’groupe machiavélique’’, agissant au nom d’une commission de passation des marchés publics et délégation de service public sur le budget national de développement (BND) au sein de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Cette commission, à ce jour est en train d’outre passer ses prérogatives, en se transformant en commission technique d’élaboration des spécifications techniques des applications de réaménagement du découpage électoral et administratif et s’arroge des prérogatives du département planification et fichier électoral », a-t-elle expliqué avec un ton de colère.

Poursuivant, Mme Camara indique que cette commission est en train de détourner la CENI des problèmes essentiels du fichier qu’est le rapprochement des bureaux de vote aux électeurs. La commission est accusée de proposer des centres de vote comme une solution à la résolution de ses problèmes.

Ainsi, Mme Djénabou à travers cette déclaration se désolidarise de ce travail qui, dit-elle : « risque de compromettre les améliorations très significatives du fichier électoral guinéens ».

Nantènin Traoré 

 

Print Friendly, PDF & Email