Accueil Actualités Élections locales : Réactions croisées  des politiques et acteurs de la société...

Élections locales : Réactions croisées  des politiques et acteurs de la société de Labé

461
PARTAGER

Annoncé récemment pour le 04 février 2018 par la commission électorale nationale indépendante (CENI), la date des élections communales et communautaires continue de défrayer la chronique en Guinée. A Labé, politiques à la base et acteurs de la société civile locale livrent leur point de vue sur cette brulante actualité.

Mamadou Doumbouya le secrétaire politique du RPG arc-en-ciel est favorable à cette date qu’il estime réaliste: « Nous sommes très favorable à cette date parce que le RPG arc-en-ciel est toujours prêt et très prêt pour affronter les élections. Je suis sûr que nous remporterons les 80 % » affirme-t-il.

Par contre, à la fédération locale de l’union des forces démocratiques de Guinée, la prudence est de mise. Diallo Mamadou Aliou Sampiring est de la cellule de communication du bureau fédéral de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) Labé : « Nous ne pouvons  pas dire que nous sommes contents  parce que ce n’est pas la première fois que cette CENI nous propose une date pour ces élections. Donc, nous attendons de voir. Mais nous n’allons pas nous assoir, nous allons nous battre pour que vraiment cette fois-ci qu’on organise ces élections » déclare-t-il.

Alimou Barry acteur de la société civile locale partage les mêmes inquiétudes par rapport au respect strict du chronogramme : « La CENI a l’habitude de donner des dates. Elle est championne dans ça c’est-à-dire donné des dates et faire des reports. En tout cas nous de la société civile, nous ne trouvons plus d’excuses pour la CENI pour reporter cette date du 04 février 2018 » prévient-il.

Khalidou Dieng, le président de la société civile préfectorale de Labé ne dit pas le contraire : « le calendrier des élections a toujours posé des problèmes en Guinée non seulement espérons que ça aura lieu à la date indiquée car moi je pense qu’il est mieux de donner des dates qu’on peut respecter » renchérit cet autre.

A quatre mois de cette nouvelle échéance électorale en  Guinée, les activités sont toujours au ralenti au niveau des délabrements de la commission électorale nationale indépendante (CENI).

Bah Djenabou Labé, correspondante à Labé

 

Print Friendly, PDF & Email