Accueil Actualités En attendant l’installation des élus, la société civile de N’Zérékoré avise

En attendant l’installation des élus, la société civile de N’Zérékoré avise

313
PARTAGER

Le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, le général Boureima Condé annoncé en fin septembre l’installation des conseils communaux à compter de 05 octobre. Huit mois (ndlr: 4 février 2018) après la tenue des élections  locales, les guinéens attendent encore l’installation des nouveaux élus conformément aux accords politiques du 08 aout dernier. Ces élus remplacent les délégations spéciales installés depuis l’arrivée du Président Alpha Condé au pouvoir.

 Au constat, cette opération n’est encore lancée. En attendant ces nouveaux élus locaux, les organisations de la société civile de N’zérékoré se prononce sur le profil et les défis qui attendent le nouveau maire de la ville.

 Mathieu Manamou, président du conseil préfectoral de la société civile de N’zérékoré interpelle les acteurs politiques sur les défis majeurs à relever dans la ville de N’zérékoré.

Le manque de consensus dans les différents camps politiques de N’Zérékoré pour le choix des candidats à la mairie ne laisse pas indifférents les membres de la société civile. Ce mercredi, 03 octobre 2018, le président du conseil préfectoral des organisations de la société civile a animé un point de presse au cours de laquelle  il a rappelé l’enjeu de cette étape.

 « En ce qui concerne la convocation des 41 conseillers pour choisir le maire de N’Zérékoré, nous devons savoir que l’enjeu est de taille pour celui qui connait la dimension de la commune urbaine de N’Zérékoré ; La dimension par rapport à sa capacité économique, à l’effectif de sa population, et surtout la composition de cette population. A part les communes de la capitale, N’Zérékoré est l’une des rares communs où le budget atteint les milliards. Donc N’Zérékoré est une ville où l’espoir est fondé » a rappelé Mathieu Manamou.

L’activiste de la société civile invite les conseillers à choisir leur candidat selon les défis de la commune. Pour lui, l’un des défis à relever c’est bien l’entretien et la construction des écoles, l’amélioration de l’accès à l’eau portable, et la réhabilitation des pistes urbaines et autres infrastructure de base.

« Nous voulons cette fois-ci une personne qui est capable de conduire économiquement la  ville, de maintenir la paix et la quiétude sociale et de tisser des relations avec d’autres villes du monde » a-t-il déclaré.

Pour le moment, les citoyens de N’zérékoré attendent toujours leur nouveau maire. Au sein de Mouvance ou de l’opposition, on a toujours du mal chacun à choisir un candidat. Au sein du RPG Arc-en-ciel, ils sont cinq protagonistes à se battre pour être candidats.  Pour Mathieu Manamou, il faut juste respecter la loi.

« Ce que notre loi recommande, ce sont des primaires.  Je pense que dans une démocratie bien organisée, avant d’aller à une élection, chaque formation politique  doit organiser des primaires pour choisir un candidat.  Je crois que le RPG doit organiser des élections primaires pour départager ces candidats au lieu de passer par des mécanismes de négociation qui ne seront pas forcement consensuels »

Reste à savoir si cette recommandation sera prise en compte.  En attendant, la tension reste vive au dans les QG des partis politiques et les tractations continuent.

Après plus de dix ans de reports successifs des élections communales en Guinée, celle du 04 février 2018 avaient donné une lueur d’espoir malgré quelques irrégularité et le taux d’abstention estimé à 60%.

A rappeler que les dernières élections communales en Guinée remontent à 2015.

Mamadi 2 Camara

Print Friendly, PDF & Email