Accueil Actualités Santé Rupture d’ARV:tout est rentré dans l’ordre selon Dr Younoussa Koita, Coordinateur national...

Rupture d’ARV:tout est rentré dans l’ordre selon Dr Younoussa Koita, Coordinateur national de la prise en charge et de la prévention du VIH/SIDA

250
PARTAGER

Il y’a quelques jours,  les responsables en charge de la lutte contre le SIDA avaient du mal à acheminer les antirétroviraux dans certains sites du pays à cause des tensions sociales. Ce manque d’antirétroviraux (ARV) dans le pays a créé la psychose chez les malades du VIH/SIDA en Guinée.

Le Coordinateur national de la prise en charge et de la prévention du VIH/SIDA, Dr Youssouf Koita après avoir justifié les raisons de la rupture dans certains cent es de traitements du pays a annoncé l’obtention d’une quantité suffisante et les mesures prises pour approvisionner tous les sites :

«  on a eu des difficultés ces derniers temps liées aux tensions sociales depuis quelques jours qui empêchent la circulation des agents de la Pharmacie Centrale de Guinée (PCG) vers les sites. Aussi, on a enregistré un petit retard d’un avionneur qui devrait nous apporté d’intrants ; donc, tous ces éléments nous ont causé des soucis. Ce n’est véritablement pas une pénurie, c’est à cause des tensions sociales enregistrées  que nous avons connu que certains sites n’ont pas été ravitaillés. Nous comptons corriger cela très rapidement ».  

Au total, 50 mille personnes sont sous traitement antirétroviral en République de Guinée. Selon Dr Youssouf Koita, à date tout est mis en œuvre par son service pour approvisionner les malades en médicaments :

« tous les patients qui sont sous traitement et qui n’ont pas leurs médicaments peuvent aller vers les sites dans lesquels ils ont l’habitude de prendre leurs produits, ils trouveront nos équipes. Aujourd’hui, nous avons reçu un important stock  du Fonds Mondial et nous allons avec le concours des équipes de la Pharmacie Centrale de Guinée nous redéployer sur le terrain en vue d’approvisionner davantage les sites », a-t-il rassuré.

Le taux de prévalence du VIH/SIDA est de 1,7%, c’est-à-dire que sur 100 personnes une ou deux personnes sont séropositives. C’est pour cette raison que les autorités invitent les citoyens au dépistage précoce du virus et à la prise des médicaments par des malades.

Oumar M’Böh pour lecourrierdeconakry.com

+224 622 624 545/666 369 744

[email protected]    

 

Print Friendly, PDF & Email