Accueil Actualités Labé : Crise de taxis en partance pour Conakry à la veille...

Labé : Crise de taxis en partance pour Conakry à la veille de la rentrée scolaire

52
PARTAGER

C’est une réalité palpable dans les différentes gares routières de Labé qui grouillent de monde. Depuis quelques jours les véhicules en partance pour Conakry se font de plus en plus rares a constaté sur place la rédaction locale de votre site lecourrierdeconakry.

Une situation qui provoque la colère des citoyens voulant rejoindre la capitale. Ils qualifient le syndicat du transport d’incapable et d’irresponsable.

 Alpha Barry déplore le silence coupable des responsables du transport : « Je me demande ce que fait le syndicat dans les bureaux alors que nous nous entassons ici à la gare par faute de taxi. Au lieu de venir trouver une solution ils restent dans leur coin » dénonce-t-il.

 Monsieur Diakité Ibrahim est dans la même situation : « c’est la deuxième journée d’affilée que je suis à la recherche d’un taxi pour ramener mes enfants à Conakry mais toujours sans gain de cause. On ne comprend rien car personne ne communique et voilà qu’on commence à s’inquiéter car la rentrée des classes c’est pour bientôt » renchérit- il.

 Interrogé sur la question par notre rédaction le secrétaire général du syndicat du transport et mécanique général de la Confédération Nationale des Travailleurs de Guinée El Hadj Maladho Zawiya Diallo parle d’une situation qui intervient chaque année : «  Le manque de véhicule s’explique par le fait qu’on est à moins de 72 heures de la rentrée scolaire et c’est tous les vacanciers qui tentent de rejoindre la capitale. Ensuite, ceux qui étaient venus à l’intérieur du pays pour passer la fête auprès des parents s’apprêtent à rentrer sans compter que les pèlerins commencent à revenir. Donc chaque année c’est comme ça » justifie-il.

 Selon lui, les taxis qui quittent Labé pour Conakry en ce moment n’arrivent pas à trouver des passagers pour assurer le retour une fois à la capitale. Donc pour ne pas rouler en perte, ils préfèrent attendre à Conakry que de rentrer bredouille à Labé.

Djenabou Bah, correspondante à Labé 

Print Friendly, PDF & Email