Accueil Actualités Labé : Les enseignants ignorent le mot d’ordre de grève général lancé...

Labé : Les enseignants ignorent le mot d’ordre de grève général lancé par le SLEG

28
PARTAGER

Du collège Konkola au complexe scolaire Hoggo M’bouro en passant par Bhoundou Gandal, Yacine Diallo et tant d’autres écoles de la commune urbaine de Labé, les cours ont suivi leur rythme  habituel a constaté sur place le reporter de votre quotidien lecourrierdeconakry.com.

Cette situation démontre que le mot d’ordre de grève général lancé par le Syndicat Libre des Enseignants de Guinée (SLEG) a purement et simplement été boycotté à Labé.

 Lancéi 2 Camara est le censeur du collège Hoggo M’Bouro : « Officiellement, nous ont n’a pas reçu un écrit. Donc aujourd’hui les cours se sont tenus au lycée Hoggoc M’Bouro. Parmi tous les professeurs programmés c’est une seule qui n’est pas là et son cas d’absence est notifié car il a informé qu’il est malade » justifie-t-il.

A Yacine Diallo aussi, le mot d’ordre de grève général n’a pas été respecté. El Hadj Mamadou Bobo Diallo le proviseur du lycée est au rapport : « Le personnel administratif est là 7 sur 7. Tous les professeurs à l’exception d’un seul qui devrait avoir cours de français en 7éme ne s’est pas présenté ; si non tous les autres sont présent » explique-t-il.

Par ailleurs, la direction préfectorale de l’éducation (DPE) de Labé a dépêché une mission de supervision dans les écoles de la ville. Abdourahmane Bah le chargé pédagogique fait le point : « Nulle part on nous a signalé une anomalie. Autrement dit toutes les écoles fonctionnent à la grande satisfaction de la DPE de Labé. Les élèves y sont massivement ainsi que les enseignants » soutient-il.

Mamadou Mouctar Bah,  le représentant local du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLEG) estime de son côté que cette grève est illégale : «…L’avis de grève a été signé par le secrétaire général adjoint ; donc, nous nous estimons que c’est vraiment illégal qu’il signe un avis de grève. Conséquence, c’est que le moment n’est pas opportun. Mais ce que nous ne pouvons pas nier, et que même le général Sy Savané a trahi, a violé la procédure syndicale au mois de février dernier en suspendant la grève » fustige-t-il.

Ce membre du SLEG n’a pas manqué de demandé aux enseignants d’ignorer ce mot d’ordre qui insiste-il est illégal.

Bah Djenabou Labé, pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email