Accueil Actualités Le changement climatique au cœur des débats à Conakry !

Le changement climatique au cœur des débats à Conakry !

67
PARTAGER

SEM Gerardus GIELEN, chef de la délégation de l’union européenne en Guinée, entouré de ses pairs SEM Mathias VELTIN, Ambassadeur d’Allemagne en Guinée, Jean Marc GROSGURIN, Ambassadeur de la France en Guinée et Sierra-Léone et Gérard Uytterhaegen, Chef de Mission du Bureau Diplomatique de la Belgique en Guinée, ont conféré au matin du vendredi 16 septembre 2016, avec la presse sur la semaine européenne de la diplomatie climatique 2016. C’était à la maison de la presse de Coléyah.

D’entrée de jeu, les conférenciers sont revenus sur les engagements des pays signataires de l’accord de la COP 21 passé à Paris. Avant de parler des objectifs de cette semaine européenne diplomatique climatique.

Selon le chef de la délégation de l’Union Européenne, c’est pour garder l’attention au sujet majeur qui est celui du changement climatique. « Les pactes que cela peut avoir sur la vie des futurs générations et rester attentif du COP22 qui est pour bientôt », a précisé M. Gerardus. Il ajoute que cette semaine diplomatique est un premier pas vers la COP 22, après la COP21 où les accords très importants entre les différents partis ont été signés. « Pour aboutir à un cadre contraignant dans l’avenir en terme de respect des émissions à effet de sphère pour atténuer les effets du changement climatique s’adapter mieux à ces effets », a-t-il indiqué avant de poursuivre en ces termes : « C’est pourquoi nous montrons notre solidarité envers la Guinée qui est aussi pays signataire de cet accord ».

Il a par ailleurs rappelé l’appui de leur pays respectifs en faveur de la Guinée dans la lutte contre le changement climatique. Avant de réitérer l’engagement pris par les autorités guinéennes lors de la COP21 à Paris, celui de réduire de 13% l’émission de gaz à effet de sphère avant 2030.

Les conférenciers ont précisé que cet accord de Paris n’entrera en vigueur que lorsqu’au moins 55 pays l’auront ratifié, et qu’aucune sanction ne sera levé contre les pays qui ne le feront pas. Pour l’heure, une quarantaine de pays l’a déjà ratifié.

Nantènin Traoré

Print Friendly, PDF & Email