Accueil Actualités Nomination à la HAC :  « Sékouna Keita est un journaliste talentueux mais Il...

Nomination à la HAC :  « Sékouna Keita est un journaliste talentueux mais Il y a violation de la loi selon Iboun Conté, Président de l’AGEPI

53
PARTAGER

La semaine dernière, le président de la République dans un décret publié sur les ondes de la radiotélévision guinéenne, a nommé M. Sékouna Keita, directeur adjoint du quotidien national Horoya, comme commissaire a la Haute Autorité de la Communication, représentant du ministère de la communication selon le décret, en remplacement de feu Alpha Kabinet Keita. Mais, il se trouve que le défunt Alpha Kabinet représentait l’Association des Journalistes de Guinée au de la Haute Autorité de la Communication (HAC). Votre quotidien électronique a recueilli des réactions. Lisez !

Iboun Conté président de l’AGEPI explique pourquoi il y a violation  de loi

« J’avoue que je n’ai rien contre M. Sékouna Keita, il faut reconnaître que c’est un journaliste qui a fait de très bonne études. Mais en la matière, il faut reconnaître que le principe de base a été violé. Un, parce que M. Sékouna n’est pas membre de l’Association des Journalistes de Guinée (AJG), deux, si le ministère de la communication n’a pas de place a la haute autorité de la communication, du point de vue de la O3 sur la haute autorité de la communication, jusqu’a date c’est M. Alpha Kabinet Keita qui représentait l’AJG au sein de la HAC. Alors quand il est décédé, l’article 8 de la loi sur la HAC voudrait que l’AJG désigne un autre représentant pour terminer le mandat d’Alpha Kabinet Keita décédé. Donc il n’appartenait pas au ministère de la communication de s’engouffrer a ce poste. Et ceux qui ont conçu ce décret n’ont pas la parfaite connaissance sur la haute autorité de la communication ».

Poursuivant, il signale que le ministère de la communication, n’avait qu’une seule place, « et celle-ci aussi a été donné par M. le président de la République a Mme Martine Condé qui en est devenue la présidente. Donc il n’ya plus de place pour un ministère ni pour une institution républicaine. Aucun département ministériel n’a de la place à la HAC. Donc c’est une violation flagrante de la loi OO3 de la Haute Autorité de la Communication.

Et d’ajouter : « Nous en tant que case de veille, nous avons alerté, et notre alerte a été prise en compte et aujourd’hui, cette injustice a été corrigé, et la loi a été établit dans sa plénitude ».

Propos recueillis par Nantènin Traoré

Voici ce que dit la loi en la matière

Loi organique L/2010/003/CNT/ du 21 Mai 2010

Portant Attributions, Organisation, Composition et Fonctionnement De La Haute Autorité de la Communication et révisant La Loi Organique L/91/006/CTRN/ du 23 décembre 1991 Portant Création, Organisation et Fonctionnement Du Conseil National de la Communication.

Le Conseil National de la Transition après en avoir délibéré a adopté ;

Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

TITRE II : DE LA COMPOSITION, DE L’ORGANISATION, DU FONCTIONNEMENT DE LA HAUTE AUTORITE DE LA COMMUNICATION ET DES INCOMPATIBLITES

Article 6 : la Haute Autorité de la Communication comprend 11 membres choisis en raison de leur compétence, de leur expérience et de leur intégrité pour un mandat unique de cinq (5) ans. Ils sont désignés comme suit :

 – un membre par le Président de la République ;

 – un membre par le Président de l’Assemblée Nationale ;

– un membre par le Conseil Supérieur de la Magistrature ;

– cinq membres par les Associations de presse ;

 – un membre par les Postes, Télécommunications et NTIC ;

 – un membre par le Collectif des imprimeurs, des libraires, des bibliothécaires et des archivistes ;

– un membre par le Collectif du cinéma et de la photographie. Le choix de ces membres doit tenir compte du genre.

 Les membres de la Haute Autorité de la Communication doivent avoir au moins 35 ans d’âge et doivent jouir de leurs droits civils et civiques.

Article 7: Le Président(e) de la Haute Autorité de la Communication est élu par ses pairs sous la supervision de la Cour Constitutionnelle.

Cette élection et la nomination des autres membres sont entérinées par un décret du Président de la République. Les membres de la Haute Autorité de la Communication prêtent serment devant la cour constitutionnelle avant leur entrée en fonction.

Le Président(e) de la Haute Autorité de la Communication est tenu au respect des dispositions de l’article 36 de la Constitution relative à la déclaration des biens en début et en fin de mandat.

 En cas d’empêchement, la Présidence est assurée par le doyen d’âge des membres du conseil. En cas d’empêchement définitif, les membres élisent dans les 30 jours un nouveau président.

Article 8 : En cas de vacance d’un poste, il est procédé remplacement du membre pour le reste du mandat, par l’institution d’origine du membre sortant.

Print Friendly, PDF & Email