Accueil Actualités N’zérékoré : Il est désormais  interdit de vendre de l’essence dans les bidons...

N’zérékoré : Il est désormais  interdit de vendre de l’essence dans les bidons à la pompe

64
PARTAGER

Les autorités administratives de la ville de N’ zérékoré viennent d’interdire aux pompistes de servir l’essence dans les bidons  à la station. Cette décision a été prise le mardi 11 avril 2017 lors d’une réunion convoquée par  le préfet de N’zérékoré Aboubacar M’Bopp Camara. Cette réunion a  regroupé tous les acteurs intervenant dans  la commercialisation d’hydrocarbures à N’zérékoré. Elle fait suite à des irrégularités constatées dans  la vente de l’essence ces derniers.

L’objectif visé est de régulariser  la vente de l’essence. Depuis le début de l’année, le prix de l’essence sur le marché noir connait plusieurs spéculations. L’essence était vendu à des prix anarchiques. Les vendeurs du marché noir pointent un doigt accusateur sur les pompistes qui  leur imposerait le payement de  pourcentage  sur chaque bidon de 20l. Et c’est la seule condition  pour être servi.

Le préfet  de N’zérékoré veut  trouver une solution définitive à la vente anarchique de l’essence dans la ville.

«Dès que le carburant vient à la station, ils pompent dans les bidons et mettent dans les magasins. Quand tu viens dans la station, on te dit non il n’y a pas de carburant dans la station, mais si tu veux, il y en a au magasin. Vous voyez ces pratiques ?  Donc à partir d’aujourd’hui, en ma qualité de directeur préfectoral du commerce sous l’instruction de monsieur le préfet, quiconque vend un litre sans l’accord de l’autorité, je prendrais mes responsabilité. Ce n’est pas un commerce qui est accordé à tout le monde. C’est un produit stratégique. Il y a des sociétés, des compagnies qui  s’occupent de la commercialisation du carburant » a martelé Ouo  Guilavogui, le Directeur Préfectoral du Commerce.

De son côté, le directeur du dépôt a indiqué qu’il n’y a pas de crise à N’zérékoré. Mais dit-il, il y a des gens qui trafiquent le carburant.  Il demande à ce que le préfet fasse une déclaration sur ce point.

« Si tout ce qu’on sort du dépôt était destiné à la consommation des véhicules et des institutions internationales, je pense qu’il n’y aurait pas de problème. Mais c’est le marché parallèle et illicite qui crée souvent la pénurie. J’invite monsieur le préfet à faire une déclaration  officielle à la radio. C’est la meilleure solution et c’est dans l’intérêt de tout le monde. La pénurie  fatigue tout le monde. Au dépôt, on a un stock très important »  a indiqué  Amadi Sidi Bah, Directeur Général du dépôt de N’zérékoré.

Cette décision du préfet pourrait avoir des conséquences négatives sur certaines localités dépourvues de station d’essence. Il y a beaucoup de commerçants  qui viennent de ces villages pour  acheter de l’essence dans les bidons afin de  ravitailler leurs localités.

Mamady 2 Camara, correspondant à N’Zérékoré

Print Friendly, PDF & Email