Accueil Actualités N’zérékoré : Les autorités administratives haussent le ton contre le trafic d’enfant

N’zérékoré : Les autorités administratives haussent le ton contre le trafic d’enfant

65
PARTAGER
Deux fillettes, vendeuses ambulantes à N'zérékoré

Le trafic d’enfant devient de plus en plus récurrent dans la région administrative de N’Zérékoré. Et cette  situation préoccupe les autorités administratives. C’est pourquoi, le directeur régional de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance a profité de la célébration de la fête internationale des femmes pour inviter les femmes à veiller sur le bien-être de leurs enfants.

« Aujourd’hui, nous sommes confronté à un problème lié à l’exploitation et à la traite des enfants. C’est pourquoi nous avons jugé nécessaire pour parler de ce problème qui est aujourd’hui récurent dans notre région.  Chères femmes, ce message vous est surtout adressé. La traite des enfants consiste à prendre un enfant dans un village, dans une ville ou dans un pays pour l’emmener ailleurs et le soumettre à des fins d’exploitation économiques.  Vous allez voir beaucoup de fillettes qui vendent de l’eau, ou des objets parfois de très peu de valeur. Quand vous les interrogez, vous vous rendez compte que ce sont des filles qui ont été prises ailleurs et placées dans cette situation d’exploitation dans d’autre région ou d’autre préfecture. Ceux qui placent ces enfants-là, on les appelle les intermédiaires. Ils viennent toujours vers vous pour vous convaincre pour que leur donniez vos enfants. Vous livrez l’enfant, vous la retrouverez dans la rue. Elle ne va pas à l’école et son avenir est compromis.  Ce phénomène-là existe bel et bien actuellement dans notre région » a alerté Amadou Sidi Diallo.

Quant au gouverneur de région, Lancéï Condé, il a annoncé des mesures prises pour lutter contre le trafic d’enfant dans la région administrative de N’Zérékoré.

« Aujourd’hui le trafic d’enfant commence à prendre de l’ampleur. Nous avons donné des instructions aux forces de défense et de sécurité et aux syndicats pour prendre des dispositions au niveau des gares routières et au niveau des frontières. Tous les enfants qui ne sont pas accompagnés doivent faire objet d’interpellation » a-t-il annoncé.

Mamady 2 Camara, correspondant à N’Zérékoré

Print Friendly, PDF & Email