Accueil Actualités Culture Ouverture de la première édition du Salon des médias à Conakry

Ouverture de la première édition du Salon des médias à Conakry

183
PARTAGER

La capitale guinéenne Conakry, abrite depuis le mercredi 14 mars 2018 la première édition du salon des médias. C’est une initiative de la structure « Cross Com » dirigée par la journaliste Adel Camara. Ce salon de deux jours a pour thème : « Le Journalisme à l’Ere du Numérique ». Cette rencontre vise à promouvoir le savoir-faire et la diversité des productions locales entre autres.
Au cours du lancement officiel, Adel Camara a invité ses consœurs et confrères journalistes massivement mobilisés a exercé le métier en toute responsabilité : « Nous devons pouvoir le vivre et l’exercer en respectant les canaux d’expression qui nous commandent l’éthique et la déontologie. Soyons donc de véritables professionnels et restons des patriotes au service de causes justes et de la vérité ».

Pendant donc deux jours, plusieurs étrangers et locaux tous professionnels de médias vont se côtoyer à ce premier salon professionnel des médias et de la communication. Une initiative hautement apprécié par le président de l’Aguipel, Amadou Tham Camara. Car selon : « les médias sont aujourd’hui à la croisée des chemins entre la numérisation et l’impérieuse nécessité de maitriser les nouveaux outils du marketing et de la publicité », et que le présent salon sera, un tremplin pour l’organisation de la Journée nationale de la presse.
C’est le ministre de la Communication qui a présidé l’ouverture dudit salon, Rachid N’Diaye a saisi cette occasion pour a rappelé aux journalistes que la question du journalisme numérique est indissociable de la question de la liberté de la presse, de la liberté dans le traitement de l’information, ainsi que de la liberté et de la responsabilité du journaliste. « Parce que le journalisme est régi par des lois. Et ces lois existent. Il est indispensable que chacun puisse s’approprier de ces textes-là afin de connaître à la fois la limite et la portée de nos actions. Parce que le journalisme est régi par des lois qui nous permettent d’afficher les responsabilités des journalistes en cas de manquements » a-t-il insisté.

Oumar M’Böh pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email