Accueil Actualités Prison civile de Labé : Le régisseur à cœur ouvert sur la...

Prison civile de Labé : Le régisseur à cœur ouvert sur la population carcérale et les conditions de détentions.

221
PARTAGER

Très souvent dénoncé par les organisations non gouvernementales (ONG) et même parfois par de simples citoyens, la surpopulation carcérale reste de mise dans les différentes prisons de la république de Guinée même si à Labé la situation semble connaitre une nette amélioration. Dans un bref entretien accordé à la rédaction locale du courrierdeconakry.com, le régisseur de la prison civile de Labé a voulu situer l’opinion sur la population carcérale et les travaux en cours au niveau de ce centre de redressement.

«À ce jour, on a comme effectif, deux cent deux (202) détenus. Il y a parmi eux une femme et deux mineurs. Il y a de ces détails que je ne peux pas vous donner parce que je n’ai pas l’avalé de mon chef » à entamer le Capitaine Zaoro Albert Balamou et le régisseur.

’Les conditions de vie des prisonniers ont connu une réelle amélioration depuis leur prise en charge par une société spécialisée dans la restauration «  précise le régisseur de la prison civile de Labé : « avant l’arrivée de cette société c’était vraiment difficile, les conditions n’étaient pas remplies. Ils posaient des questions par rapport à leur nourriture ; mais aujourd’hui cela n’est plus à l’ordre du jour. Ensuite il y a un docteur pénitencier, il y a des bulletins et des documents avec nous ici. Dès qu’un détenu malade rempli, il sera référé à l’hôpital préfectoral c’est-à-dire nous allons l’accompagner et le médecin fait la visite et prescrit les noms des produits » explique-t-il.

Pour ce qui est des travaux en cours au niveau de la prison civile de Labé, le Capitaine Zaoro Albert Balamou fait le point : « ça évolue très bien depuis le début on n’a d’abord fait venir le SNAPE qui a creusé ce forage. Ensuite il y a deux entreprises qui évoluent sur le terrain. L’une est chargée de l’installation de la pompe et tout ce qui concerne l’adduction d’eau. La seconde est chargée de faire le mur de sécurisation de cette maison centrale. Désormais le mur doit avoir une hauteur de 4 mètres bien sûrs avec les barbelés. En plus il y a un panneau solaire qui va désormais tirer l’eau pour faire rentrer à l’intérieur de la prison où des bornes fontaine vont être installées dans la cour » soutient le régisseur.

Bah Dejnabou Labé, pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email