Affaire femme enceinte décédée : Dr Souaré et Dr Kaba déclarés non coupables par le TPI de Kankan 

0
158

Après 2 mois de détention à  la prison centrale de Kankan, le verdict final tant attendu dans le dossier de la femme enceinte décédée en mai dernier à l’hopital régional de Kankan a été rendu ce lundi 19 juillet 2021 par le tribunal de première instance de Kankan.

Le tribunal a déclaré Dr Fodé Kaba et Dr Mamadi Souaré, tous gynécologues, non coupables des faits d’homicide involontaire sur la personne de dame Mariame Kandé et les renvoie étalement pour les faits non établis à leurs égards.

De cet fait, le tribunal de première instance de Kankan a retenu contre dame Fatoumata Camara sage-femme dans les liens de prévention, de corruption et non d’homicide involontaire. Pour la répression, Dr Fatoumata Camara a été condamnée à 1 an d’emprisonnement assorti de sursis et d’un payement 1 000 000 gnf. Sur sur le coup, le tribunal a immédiatement ordonné la mise en liberté des trois prevenus, le tout en application des articles 116, 136, 771 du code pénal/504,546 et 548 du Code de procédure penale.

Pour la défense, c’est un sentiment de satisfaction vu la responsabilité du tribunal dans ce dossier.

Me Doumbouya se dit très satisfait du verdict : «Dans les audiences précédentes, la défense était dans cette logique pour pouvoir expliquer au tribunal que nos clients sont coupables sous aucun élément de preuve, et aujourd’hui il faut remercier ce tribunal qui a eu tout le courage de prendre une telle décision qui s’imposait en la matière. Nonobstant les tracasseries dans la cité, nous ne pouvons encore une fois dire que la justice guinnenne a fait son mea-culpa, il faudra la remercier et nous sommes satisfaits ».

Par contre, pour le procureur de la République près le tribunal de première instance de Kankan, Aly Touré, cette décision rendue par le tribunal est purement décevante décevante et contraire à la loi: «Cette decision du tribunal est une décision décevante, une décision qui ne va pas en droite ligne avec le droit, car c’est totalement contraire aux faits.”

Il compte de son droit pour relever appel   auprès de la Cour d’appel dans ce dossier “afin que justice soit rendue”.

Kokoly Joseph Kolié, Correspondant à Kankan

 

Print Friendly, PDF & Email