Dansa Kourouma : « Je pus garantir que vos droits en tant que journalistes seront respectés même si ce que vous dites n’est pas à notre faveur, mais nous vous défendrons »

0
945

Après trois jours d’activités intenses marqués par des échanges, des débats à travers des panels et des interviews sur le thème principal ‘’Le journalisme sous l’emprise du numérique’’ les journées de la presse ont été clôturées ce vendredi à Conakry.

La cérémonie a été présidée par le président du Conseil national de la Transition, Dansa Kourouma sous l’œil vigilant de la ministre de l’Information et de la Communication, Rose Pola Pricemou et certains membres du gouvernement.

Du 4 au 6 mai, la presse guinéenne a été dignement célébrée par les autorités guinéennes à travers le département tutelle qui n’a ménagé aucun effort pour la réussite de ce grand évènement. Cela a regroupé tous les professionnels de médias en Guinée, sans occulter la participation massive des institutions d’enseignements.

Dans son discours de circonstance, le président du CNT a félicité la presse guinéenne qui selon lui fait un bon travail malgré les aléas, avant d’encourager les journalistes à plus de professionnalisme. Il a ainsi rappelé l’importance et la place qu’occupent les médias pendant cette période de transition.

Sur ce, la deuxième personnalité du pays, promet que son institution va garantir le respect des droits des journalistes.

« Je pus garantir que vos droits en tant que journalistes seront respectés même si ce que vous dites n’est pas à notre faveur, mais nous vous défendrons. Pour que vous puissiez vous exprimer librement sans être inquiété ».

C’est avec cette même volonté que la ministre Rosa Pola Pricemou a renchérit en disant que le chef de l’Etat Mamadi Doumbouya et son premier ministre Mohamed Béavogui attachent du prix à la qualification des médias. C’est pourquoi, « ils vous exhortent à plus de responsabilité dans la collecte, le traitement et la diffusion de l’information pour une meilleure contribution au processus de refondation de notre Etat », dit-elle.

Poursuivant son laïus, madame Diallo Pricemou ajoute « Je pus vous assurez que les recommandations des présentes journées serviront de repères pour la suite de l’accompagnement et le soutien des médias par l’Etat amorcé depuis le 5 septembre 2021 ».

Plus loin, elle promet que son département poursuivra le travail avec la Haute Autorité de Communication pour actualiser la loi L002 portant sur la liberté de la presse. Car cela est nécessaire pour intégrer le numérique notamment dans l’audiovisuel.

Par ailleurs, les journées de la presse ont été aussi une occasion pour détecter les meilleurs étudiants à travers un concours de reportage organisé à cet effet. Suite à la décision des membres du jury composé des journalistes expérimentés, l’USIC de Konthia a raflé le prix du meilleur reporter presse écrite et celui du reporter de la Radio. Tandis que l’Université de Koffi Annan remporte le prix du reporter Télé.

En outre, le constat revêt que c’est sur une note de satisfaction que la célébration de la liberté de la presse a pris fin à Conakry. En tout cas, la joie se lisait sur le visage des organisateurs soulagés.

Vivement la prochaine !

Ibrahima Bah

Print Friendly, PDF & Email