Fait Divers : un enfant de 3 ans agressé par un chimpanzé à Mamou

0
101

Une scène surréaliste s’est déroulée cette semaine à Longori Dow, une localité de la sous-préfecture de Soyah, dans la région de Mamou. Un chimpanzé est entré dans le village et a tenté d’enlever un enfant de 3 ans. Ce dernier s’en est sorti, grâce à l’intervention de son frère, mais avec quelques blessures, a appris Guineematin.com à travers son correspondant à Mamou.

Selon Alpha Oumar Diallo, le frère de la victime, le chimpanzé est venu trouver l’enfant à la terrasse de leur maison. Il a attrapé le pied du petit et s’est mis à le traîner, en direction de la brousse. « Mon jeune frère était couché à la terrasse, il manipulait le téléphone de ma mère. C’est là que le chimpanzé est venu le trouver et saisir son pied pour tenter de l’emmener en brousse. Malgré les cris de l’enfant, le chimpanzé l’a tiré jusqu’au niveau de la clôture. C’est lorsque j’ai pris un tabouret pour jeter sur lui qu’il a laissé le pied de l’enfant et s’est enfui », a expliqué Alpha Oumar Diallo, ajoutant que l’enfant a eu des légères blessures à la tête, au dos et aux bras.

Aussi étonnante qu’elle soit, cette situation n’est pas nouvelle à Longori Dow. Harouna Diallo, un autre habitant de ce village, indique que c’est la cinquième fois qu’un chimpanzé agresse une personne dans cette localité. Il dénonce le refus des autorités de leur venir en aide. « Cet enfant constitue la cinquième personne agressée par un chimpanzé. Une petite fille et une femme enceinte avaient notamment été victimes de ces chimpanzés qui, en plus d’agresser les citoyens, dévastent aussi nos cultures. Nous avons beaucoup dénoncé ce problème, mais l’État refuse de prendre des dispositions pour nous aider. Nous pensions que, comme ce sont des personnes comme nous, ils allaient nous aider à éradiquer ce problème dans notre village, mais on ne voit aucune solution. On n’a jamais invité un chimpanzé à venir assister à un baptême, on n’a jamais envoyé des cartes d’électeurs aux chimpanzés pour qu’ils aillent voter. Donc les autorités ne doivent pas mettre ces animaux au-dessus de nous. Nous ne voulons pas désobéir aux autorités (il fait référence à la protection des chimpanzés), c’est pourquoi nous leur demandons de nous venir en aide », a sollicité ce cet habitant de Longori Dow.

Avec Guneematin

Ibrahima Foulamory Bah pour lecourrierdeconakry.com

(00224) 628 80 15 62

bah4644@gmail.com

Print Friendly, PDF & Email