Guinée :  en 2021, il y a eu 549 348 grossesses enregistrés dont 119 812 non planifiées

0
86

Le 27 juillet de chaque année le monde entier célèbre la journée mondiale de la population. Cette année l’évènement est placé sous le thème « Un monde de 8 milliards : vers un avenir résilient, exploiter les opportunités et garantir des droits et des choix pour tous ».

Ce mardi 26 juillet 2022, à la veille de la célébration de cette journée, des experts en la matière ont animé une conférence de presse au cours de laquelle ils ont tenu à préciser qu’en novembre 2022, la planète terre atteindra les 8 milliards d’habitants.

La rencontre a également connu la présence de cadres du Ministère de la Santé, de la Promotion Féminine et de l’Enfance et des personnes vulnérables et de la Jeunesse ainsi qu’un représentant de I’UNFPA.

Le directeur national de Population et Développement du ministère de l’économie, des finances et du plan, Mohamed Sano, affirme : « C’est par la résolution 45/216 du 21 décembre 1990, que l’Assemblée Générale des Nations Unies a décidé de la célébration de la Journée Mondiale de la Population (JMP) dans le monde entier »

En se basant sur le rapport sur l’état de la population mondiale 2022, dont le thème est ‘’Comprendre l’imperfectible, agir pour résoudre la crise, oublier des grossesses non intentionnelles. ‘’ M. Sano indique que la Guinée s’est engagée au respect du droit humain. Notamment celui des femmes.

« Ce rapport nous interpelle sur nombre de questions notamment de savoir si et dans quelle mesure nos pays valorisent les femmes et les filles au-delà de leurs capacités reproductives, les coûts intergénérationnels incalculables supportés par les femmes, les filles, les familles, les communautés, les pays et le monde…Nous vivons, encore et toujours, dans un monde marqué par de profondes inégalités de genre, tandis que nous assistons à un regain des attaques visant les droits des femmes, notamment en ce qui concerne les services de santé essentiels. Les complications liées à la grossesse et à l’accouchement demeurent la principale cause de décès chez les filles âgées de 15 à 19 ans. »

Il laisse entendre qu’en Guinée, la vulnérabilité et le besoin des femmes et filles reste encore à désirer.

« À cette heureuse occasion, je voudrais attirer votre attention sur les vulnérabilités et les besoins des femmes et des filles. En effet, la Guinée, à l’instar des autres pays de la Communauté internationale, s’est engagée à œuvrer pour l’atteinte des objectifs de développement durable (ODD) d’ici à 2030 y compris la défense des droits humains en matière de reproduction, d’accès universel aux services de santé sexuelle et reproductive ». A laissé entendre le responsable du ministère de l’économie, des finances et du du plan.

En ce qui concerne la célébration proprement-dite de la Journée Mondiale de la Population (JMP) cette année, , des finances et du plan à  tenu à préciser qu’un partenariat fécond s’est noué entre le Gouvernement, l’UNFPA et la Banque mondiale, à travers le projet SWEDD2, dans l’organisation de cette célébration où elle sera couplée au lancement officiel du rapport sur l’état de la population mondiale 2022, qui met l’accent cette année sur les grossesses non désirées.

Le directeur national de population et développement du ministère de l’économie précise conclu en disant : « Dans notre pays, il faudrait retenir qu’en 2021, il y a eu 549 348 grossesses ; parmi lesquelles 119 812 soit 21% étaient non planifiées. Pour ces filles et femmes, le choix reproductif qui change le plus leur vie, de tomber enceinte ou non, n’était pas un choix du tout. »

Ibrahima Foulamory Bah pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email