Guinée : Fête du 1er Mai, voici ce que demandent les syndicalistes

0
145

Les centrales syndicales USTG et la CNTG ont célébré ce 1er mai 2019 la 133ème fête internationale des travailleurs sous le thème: « L’avenir du Travail, Défis et Perspectives ». C’est l’Esplanade du Palais du Peuple qui a abrité cette fête en présence des autorités et des organisations membres de ces deux centrales. A cette occasion, les travailleuses et travailleurs habillés en uniformes se sont massivement mobilisés pour célébrer cette fête. Les porte-paroles des syndicalistes ont fait des plaidoyers pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des employés.

L’honneur est revenu au secrétaire général de la confédération nationale des travailleurs de guinée (CNTG), Amadou Diallo de prononcer son discours à l’occasion de cette fête du 1er mai de cette année qui selon lui est placée sous le signe du dialogue social et constructif, facteur de paix pour un développement durable. Il a aussi attiré l’attention du gouvernement sur certains problèmes sociaux notamment l’immigration clandestine : « Notre fête ne saurait passer sous silence sans souligner l’impérieuse nécessité de la promotion de l’emploi des jeunes pour réduire le flux de la migration clandestine qui est devenue une gangrène pour notre pays. C’est également le moment pour nous syndicalistes de lancer un appel pressant en vue d’accompagner la mise en œuvre effective la caisse nationale de prévoyance sociale des agents de l’Etat et l’institut national d’assurance maladie obligatoire » a-t-il réclamé.

Etant donné que cette fête symbolise la glorieuse et courageuse lutte des travailleurs pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, le secrétaire général de l’union syndicale des travailleurs de guinée USTG, Abdoulaye Camara a fait des plaidoyers en faveur des travailleurs mais également des retraités : « l’arrêt immédiat de licenciement abusifs au niveau des entreprises et sociétés privées et para publiques, la prise en compte des revendications des militaires retraités et veuves relatives aux indemnités de séparation, la mise en œuvre rapide du programme de logements sociaux en faveur des travailleuses et travailleurs, la révision à la hausse du SMIG de 440 000 GNF à 1 200 000 GNF ».

C’est le Ministre du Travail, de l’Enseignement Technique de la Formation Professionnelle et de l’Emploi, Lansana Komara qui a représenté le gouvernement à cette fête. Il a réitéré la volonté du gouvernement à améliorer davantage les conditions de vie des travailleurs guinéens mais aussi de promouvoir le dialogue social en Guinée : «le gouvernement rassure de la conduite du Président de la République, d’en assurer un examen judicieux et de consolider le dialogue social en Guinée ». Cependant, Lansana Komara a déploré la guerre de leadership entre les centrales syndicales : « la fête du 1er mai qu’on célèbre ce mercredi est marqué par des contradictions à l’intérieur des structures syndicales. Mais fidèles au respect de ses engagements internationaux, le gouvernement s’interdit de s’immiscer dans l’organisation et le fonctionnement des structures syndicales. Le gouvernement invite ces organisations au dialogue et à la résolution de leurs problèmes à l’interne dans l’intérêt supérieur de leurs corporations et aux bénéfices des travailleuses et travailleurs Guinéens » a-t-il indiqué.

A rappeler que cette réaction du ministre fait suite à des incidents enregistrés à l’occasion de cette fête entre certains membres des centrales syndicales à l’esplanade du Palais du Peuple.

Oumar M’Böh pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email