Labé : Le gouverneur se félicite du calme qui règne dans sa région et fait le point des chantiers de l’ANAFIC

0
102

 Après des mois de violences sans précédents ; des violences qui ont causé la mort d’au moins 5 personnes et plusieurs destructions d’édifices publics comme le palais de justice ; le calme semble revenir dans cité de Karamoko Alpha mo Labé. Plus de manifestations de rue, plus de répression et plus de violences ces derniers temps. Ce, malgré le fait que le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) continue toujours de dérouler son calendrier.

Une tournure fortement saluée par le gouverneur de région, Elhadj Madifing Diané, qui profite d’ailleurs pour parler de développement : « Nous rendons grâce à Dieu et je prie Dieu qu’il renforce le calme, qu’il renforce la paix dans cette région. J’ai la ferme conviction qu’en renforçant la paix, qu’en renforçant l’amitié dans cette région, son développement sera vite accéléré. Il ne fut jamais oublier qu’à la date d’aujourd’hui nous avons un des taux de pauvreté les plus élevés (65%). Tout cela est causé par les querelles politiques. Les administrateurs qui viennent sont préoccupés à défendre leur fauteuil. En préservant la paix, ça donnera l’opportunité aux administrateurs de réfléchir sur la lutte contre la pauvreté car cette région à le taux de pauvreté le plus élevé ».

Ainsi, la première autorité de la région a profité pour faire le point sur l’état d’avancement des chantiers de l’agence nationale de financement des collectivités (ANAFIC): «Je crois qu’en valorisant la paix, en renforçant cette paix nous pourrons vite amorcer la lutte contre la pauvreté surtout avec l’installation actuelle des activités de l’agence nationale de financement des collectivités. Je suis très heureux de vous informer que les 85 % des projets de l’ANAFIC dans cette région sont presque entièrement réalisés. Nous attendons l’opportunité pour faire la remise officielle bien qu’à certains endroits nous avons déjà autorisé sur instruction, que les préfets peuvent permettre la mise à disposition des bénéficiaires parce que les besoins sont pressants. On ne peut pas attendre une cérémonie pour donner ces moyens à ces populations parce que ça entre dans leurs préoccupations ».

Bah Djenabou, Labé, pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email