Labé : Violente manifestation suite à l’assassinat d’un conducteur  jeune taxi-moto

0
832

Abdourahmane Sow, un jeune taxi motard a été poignardé à mort vendredi nuit par Sadio Barry à qui il devait une somme de 3 500 GNF. Il n’en fallait pas plus pour provoquer la colère des jeunes du secteur Domby dans le quartier Daka 1 qui n’ont pas hésité à mettre le feu ce samedi matin sur la concession de la famille du présumé assassin a constaté sur place lecourrierdeconakry.com.

Mamadou Diouldé Domby Diallo un citoyen dudit secteur tente de retracer les faits : « Ces deux jeunes se sont battus hier nuit au niveau d’un café. C’est un problème de 3 500 GNF qui est à la base du différent qui a conduit à la mort de l’un d’entre eux. C’est Sadio Barry le gestionnaire du café où ils veillaient qui a poignardé Abdourahmane Sow connu sous nom de REK (un taxi-motard) pour une dette de 3 500 GNF. Ce dernier a rendu l’âme sur place. Ainsi, Sadio Barry a aussitôt appelé les gendarmes pour se rendre. Ceux-ci les ont tous embarqués. Ce matin, parents et amis du jeune assassiné sont venu pour se venger. Ils ont brulé la concession du présumé assassin et même nous qui habitants du voisinage on a peur d’être atteint par les jeunes en colère » explique-t-il.

Plus de cinq bâtiments ont été vandalisé puis incendié par les jeunes en colère qui ont aussi mis le feu sur le camion des sapeurs-pompiers.  « Les sapeurs-pompiers ont été joint au téléphone afin qu’ils tentent d’éteindre les flammes. Mais les jeunes les ont pourchassés ; il a fallu que les sapeurs-pompiers abandonnent leur véhicule d’intervention pour prendre la fuite afin de sauver leur vie. Donc vous voyez l’atmosphère qui règne ici en ce moment » poursuit-il.

Du coté des pompiers, le commandant Mori Kani le premier responsable du service a brièvement laissé entendre ces mots : « Ils ont brulé notre camion, un camion qu’on a eu difficilement afin de pouvoir intervenir à Labé. On n’avait pas d’armes rien on était juste partis pour tenter de calmer les flammes afin de limiter les dégâts. Mais ce qui s’est passé là est très grave » déclare-t-il.

Bah Djenabou Labé, pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email