Les Guinéens  aux urnes : Film de la première journée à Hamdalaye secteur 4

0
916

Les guinéens vont élire leurs conseillers communaux dans 342 circonscriptions électorales du pays ce dimanche 04 février 2018. Mobilisées, les populations de la haute banlieue de Conakry précisément Hamdallaye II, secteur 4 dans la commune de Ratoma, ont pris d’assaut les différents bureaux de vote.

Au bureau de vote n°2, le constat de votre reporter est la suivante : Manque d’encre indélébile, retard dans l’ouverture des bureaux, et la non affluence des électeurs.

Selon le président de ce bureau, au moment où nous sommes passés sur les lieux aux environs de 9h, il n’avait pas encore reçu l’encre indélébile. « Nous l’avons remplacé pour le moment par l’encre bleue utilisé pour les tampons », a indiqué M. Yaya Barry, président du bureau de vote N°2.

« Nous avons accusé beaucoup de retard dans l’ouverture du bureau. Car, le bureau de vote n’a été ouvert qu’après 8h du matin à cause du manque d’isoloir. Quand nous sommes arrivés à 6h du matin, il a fallu qu’on aille chercher l’isoloir chez le chef de quartier aux environs de 7h du matin », nous a-t-il confié.

Le délégué de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) M. Amadou Djouldé Diallo  confie que  les électeurs viennent au  compte-gouttes.

En ce qui concerne la relation entre les différents délégués des partis politiques, il affirme que les relations sont amicales.

« C’est vrai que nous sommes des adversaires politiques, mais nous sommes des fils de ce même pays. Donc nous ne pouvons que tisser de bonnes relations afin que le scrutin se passe dans les meilleures conditions »

Au bureau de vote N°3, le constat est de même par rapport au retard accusé dans l’ouverture des bureaux de vote. « L’installation des bureaux et l’approvisionnement des matériels », nous a confié M. Alpha Ousmane Diallo, président de bureau.

Pour Mme Diallo Kadiatou, citoyenne, le vote se passe bien maintenant par rapport aux années précédentes. « Avant le vote ne passait pas comme ça, les bureaux de vote n’étaient pas nombreux, mais maintenant les bureaux sont abondants on en trouve dans tous les coins du quartier ».

Présent aussi sur les lieux, le capitaine de police M. Paul Faya Kamano de l’unité spéciale de sécurisation des élections législatives, nous confie ceci : « Depuis 6h 20 min, nous sommes sur place, le processus a démarré à 8h 20, les citoyens viennent voter dans la sérénité. Il n’y a pas eu de défaillance majeure. Et pour le moment tout se passe bien ».

Nantènin Traoré

Print Friendly, PDF & Email