Les questions sécuritaires en débat à Conakry !

0
344

Un séminaire axé sur les questions sécuritaires a ouvert ses portes ce mercredi 19 septembre 2018 à l’hôtel Noom de Conakry. Cette rencontre de deux jours est co-organisée par la commission défense et sécurité de l’Assemblée Nationale et le programme pour le dialogue sur la sécurité en Afrique subsaharienne(SIPODI), de la fondation KONRAD ADENAUER. L’objectif est la mise en œuvre du traité sur le commerce des armes en Afrique de l’ouest et du Sahel. C’est le Président de l’Assemblée Nationale, honorable Claude Kory Kondiano qui a présidé la cérémonie d’ouverture en présence des membres du gouvernement.

Dans son discours d’ouverture des travaux, le Président de l’Assemblée Nationale est revenu sur l’épineuse question de la circulation illicite des armes légères notamment dans la sous-région Africaine. L’honorable Claude Kory Kondiano a apprécié la tenue d’une telle rencontre dont les conclusions vont permettre de mener efficacement la lutte contre ce phénomène.

Cet atelier de deux jours regroupe des députés venus de la Cote d’ivoire, du Burkina Faso, du Niger, du Tchad et de la Guinée.

Selon la présidente de la commission défense et sécurité de l’Assemblée Nationale, honorable Djénè Saran Camara : « le contrôle des armes légères et les petits calibres est devenu une préoccupation majeure pour la CEDEAO et des partenaires au développement. Pour y faire face, les Etats membres de l’organisation des nations unies ont adopté le 2 Avril 2013, le traité sur le commerce des armes ; ce traité a été ratifié par plusieurs pays notamment africains et rentré en vigueur le 24 Décembre 2014 et constitue une réelle avancée au service de la paix et de la sécurité internationale », a indiquée l’honorable Djénè Saran.

L’implication des parlementaires dans la  mise en œuvre du traité sur le commerce des armes en Afrique de l’ouest et du Sahel est le thème central de cette rencontre.

Pour la présidente : « au cours de ces deux jours il sera question de faire le point des ratifications du traité sur le commerce des armes, d’échanger sur les mécanismes opérationnels de contrôle du commerce des armes ainsi que les outils que peuvent développer les parlements pour y parvenir et étudier des conditions de structurations d’un réseau régional de parlementaires dédié au dialogue sur la sécurité », a-t-elle ajouté.

Et le programme pour le dialogue sur la sécurité en Afrique subsaharienne, de la fondation KONRAD ADENAUER, accompagne les parlementaires dans cette démarche.

De son côté, le Ministre d’Etat chargé des affaires présidentielles et de la défense nationale, Dr Mohamed DIANE dira que le choix de la Guinée pour abriter cette rencontre, est une consécration des réformes engagées dans le domaine de la défense et la sécurité : « Je suis très satisfais de l’organisation de ce séminaire qui dénote la crédibilité de notre pays dans la réforme du secteur de la sécurité » s’est-il réjouit.

Selon l’organisation des nations unies, plus de 600 millions d’armes légères sont en circulation à travers le monde. Elles sont aussi utilisées dans les conflits armés. L’Afrique au sud du Sahara est la zone la plus touchée par les impacts de la circulation illicite des armes légères. C’est pour inverser cette tendance que le traité sur le commerce des armes a été signé par les Etats signataires dudit traité.

Oumar M’Böh pour lecourrierdeconakry.com

+224 622 624 545/666 369 744

mbooumar@gmail.com 

Print Friendly, PDF & Email