Panique dans certaines écoles: Le Ministre de la Santé pointe une défaillance dans la communication

0
189

La campagne de distribution de masse du parziquentel dans les préfectures de Dubréka, Coyah et Fria a été suspendue à cause de l’interprétation faite par certains citoyens. Face à cette situation de panique, le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique a animé ce mercredi 20 mars 2019, un point de presse au sein du département pour donner toutes les informations liées à l’administration de ces médicaments aux élèves âgés de 7 ans à 13 ans. Au cours de cette conférence, Dr Edouard Nyankoye Lamah a invité les hommes de médias à véhiculer la bonne information  aux populations afin de contribuer à l’amélioration de la santé publique.

A l’entame de sa communication, le Ministre de la Santé, Dr Edouard Niankoye Lamah a exprimé la préoccupation du gouvernement et celle du Président de la République, Pr Alpha Condé suite aux malaises des élèves enregistrés dans les préfectures de Coyah, Dubréka et Fria relatifs à l’administration du déparasitant parziquentel. Une campagne qui vise                                                                                                  à prévenir les maladies tropicales négligées dans plusieurs préfectures du pays : « depuis lundi, je suis en communication avec monsieur le Président de la République, qui est vraiment inquiet sur ce qui s’est passé et il veut en savoir plus. C’est vous dire que le gouvernement n’est pas indiffèrent surtout qu’il s’agit des jeunes, l’avenir de la nation. Dorénavant, ça ne se fera pas comme ça. Nous présentons nos regrets à la population » a-t-il plaidé.  

Selon le Ministre de la Santé, c’est une défaillance de communication qui est à la base de cette psychose. Pour éviter de telles situations à l’avenir, Dr Edouard Niankoye Lamah conscient de l’importance de la communication dans le cadre des campagnes de sensibilisation de masse et du danger des rumeurs, promet de véhiculer suffisamment de messages : « Dorénavant, nous allons faire un battage médiatique, informer tout le monde, les élus locaux, les communicateurs traditionnels. Car, il y’a 60% de nos populations qui ne comprennent le français.  Le constat et qu’il n’y a pas eu un battage médiatique suffisant. Il fallait informer la population du produit, leur dire que c’est un produit qui a des effets secondaires mais passagères et ne tuent pas », a-t-il reconnu Dr Edouard.

Les médias jouent un rôle  important dans la sensibilisation des populations. C’est pour cette raison que le Ministre a invité les journalistes à s’impliquer davantage pour la diffusion des vraies informations : « A partir de maintenant nous aurons des rencontres périodiques pour des informations sanitaires pour le bonheur des populations guinéennes »  

Pour l’heure, la campagne de distribution de masse du parziquentel a été arrêtée et sa reprise fera l’objet d’une autre communication du ministère de la santé et de l’hygiène publique, a précisé le ministre Dr Edouard Niankoye Lamah.

Oumar M’Böh pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email