Pharmacie : Le secteur qui crée une polémique entre le gouvernement et l’APGG 

0
308

La République de Guinée dispose de plus de 200 sociétés grossistes dans le secteur de la pharmacie. Cela, contrairement à certains pays de la sous-région dont le nombre ne dépasserait pas trois. Face à cette situation, le Ministère de la Santé en collaboration avec le syndicat des pharmaciens et l’ordre des pharmaciens de Guinée a décidé de limiter ce nombre supposé excessif pour une population estimée à 12 millions d’habitants.

Du côté de l’Association des Pharmaciens Grossistes de Guinée (APGG), dans une déclaration signée du Président de l’Association des Pharmaciens de Guinée, Dr Lansana Camara et du secrétaire général de ladite association, Dr Abdourahmane Dioubaté. L’association dénonce restriction de leur secteur.

D’abord, l’Association des Pharmaciens dit reconnaître les efforts du Ministère de la Santé dans l’assainissement du secteur, s’indigne cependant contre cette restriction, qui n’est autre que la limitation du nombre de sociétés grossistes dans le pays. Et qu’aucun article de la Loi L/2018/024/AN/du 20 juin 2018 n’en fait cas.

Au contraire, elle met l’accent sur des critères de création et d’exercice des sociétés grossistes. D’autant plus que la Guinée a opté pour un régime démocratique et libéral, a rappelé l’Association.

Pour cette structure, même s’il existe des centaines de sociétés qui évoluent dans le secteur de la pharmacie, dès lors qu’elles sont dans les normes et répondent aux critères régissant le secteur, elles sont libres d’exercer en toute quiétude.

Pour répondre aux cadres du Ministère de la Santé, l’Association dit : « nous sommes des sociétés grossistes nationales, indépendantes des filiales étrangères, nous sommes des opérateurs économiques qui participent pleinement au développement de ce pays, pour atteindre les objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Et notre rôle, c’est l’approvisionnement en médicaments de qualité accessibles et disponibles pour le bien être de la population », a-t-elle souligné.

En ce qui concerne le second point, c’est-à-dire l’interdiction de la vente illicite des médicaments, l’association des pharmaciens de grossistes de Guinée dit soutenir et encourage toutes activités entreprises par le Ministère de la santé, l’ordre des pharmaciens et le syndicat national, pour la lutte contre le marché illicite dans le but de laisser ce secteur sensible aux professionnels qu’ils sont.

Tout de même, l’association dit reconnaître que le combat que mène le Ministère dans le cadre de l’assainissement du secteur pharmaceutique, la supervision des chaînes de distribution des sociétés grossistes, conformément à la Loi vont en droite ligne de leurs objectifs.

L’association conclue en disant qu’elle crée non seulement de l’emploi mais aussi s’acquitte régulièrement de ses obligations fiscales à l’Etat.

Oumar M’Böh pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email