Ce n’est plus un doute pour le guinéen, la presse nationale est victime d’un mépris de la part même de l’Etat à travers ses institutions. Sinon comment comprendre que Bakary Sylla puisse se confier à une presse étrangère pour faire la promotion de son service. Le journal Le Point est français les informations qu’il donne sont pour le peuple français, s’il a 11 millions de lecteurs cela n’intéresse pas le guinéen de Ourékaba ou Kollaboui. C’est comme si les journalistes guinéens sont incapables de produire un tel article pour informer largement les guinéens sur les avancées de la Caisse nationale de sécurité sociale.

Sans vouloir jeter l’anathème sur les diaspos, on note chez eux un complexe d’infériorité vis-à-vis de cette Europe qui les a façonnés, au point de mépriser tout ce qui se passe dans leur pays. Il y a tellement de journaux qui peuvent faire un tel travail en Guinée mais, hélas il faut demander les services d’un journal étranger comme si ce dernier est lu en Guinée. Hier c’était le Nabayagate aujourd’hui c’est le Pointgate les réactions sont différentes, alors que c’est l’argent du contribuable guinéen qui est en cause. Et si Bakary l’aurait fait sur injonction du CNRD qui veut se donner une image clean sur l’échiquier international. Si c’est le cas, il faut alors dénoncer cette forme de refondation de l’Etat qui est plutôt une méprise pour les organes de presse du pays, notamment le journal Horoya et autres.

Sélectionné pour vous :  Transition en Guinée : le CNRD serait-il aux abois ?

Depuis des décennies le quotidien national Horoya a fait la fierté à travers les informations qu’il offre au peuple de Guinée. L’actuel Directeur National IBRAHIM KONE est un homme de médias reconnu dans le monde à travers L’UPF (UNION DE LA PRESSE FRANCOPHONE ),lui et Horoya National sont de fervents défenseurs bien placés pour faire parler des actions du CNRD et porter haut les informations et les acquis du CNRD. Jamais le Horoya n’a été méprisé au profit d’un quelconque journal même si ce dernier est tiré à un milliard d’exemplaires. Le guinéen n’a que faire des informations d’un journal surtout français car, il n’est pas à son service. Ceux qui le préfèrent sont à leur solde c’est pourquoi le doute existe sur la sincérité et le patriotisme de ces diaspos qui pullulent malheureusement dans l’administration de refondation. Celui qui a tété la mamelle occidentale ne peut qu’avoir la pensée de l’occident.

Il est temps de prendre garde pour éviter d’être victime d’un système qui méprise les valeurs nationales.

MAM CAMPBELL JOURNALISTE INDÉPENDANT ET ACTIVISTE CONSULTANT EN COMMUNICATION

LAISSER UN COMMENTAIRE AVEC Facebook