Santé : Le Droit à la Santé Sexuelle et Reproductive débattu à l’Assemblée nationale

0
342

Le Droit à la Santé Sexuelle et Reproductive était au centre des échanges ce jeudi 18 avril 2019 à la Commission Santé Jeunesse, Art, Jeunesse et Patrimoine Historique de l’Assemblée nationale. C’est une initiative de la Coalition pour le Repositionnement de la Planification Familiale de Guinée. Ce projet vise à améliorer la performance des politiques et stratégies du droit à la Santé Sexuelle et Reproductive en Afrique de l’Ouest et Australe.

Au total 6 pays de l’Afrique de l’Ouest et Australe à savoir la Guinée, le Mali, le Burkina Faso, le Niger, le Malawi, le Zimbabwe. Selon la présidente de la coalition des organisations de la société de Guinée, Hadja Bintou Bamba ils étaient venus rencontrer les députés de la commission santé de l’assemblée nationale pour leur expliquer le niveau d’avancement dudit projet : «certains pays sont en avance par rapport à nous, c’est pour cette raison que nous sommes venus rencontrer les députés parce qu’ils nous ont tendu la main depuis le début du projet. Ils nous ont promis leur accompagnement. Et leur disponibilité et leur engagement pour le bien être de la population nous rassure, car ils sont les élus du peuple, ce sont des leaders de la communauté».

C’est la Guinée qui a eu l’honneur d’abriter récemment la toute première réunion de ce projet. Le Directeur dudit projet, Ibrahima Sory Monekata qui est d’origine malienne a justifié les raisons du choix de la Guinée. Il s’est réjoui également des premiers résultats enregistrés dans le pays : « Quand on a fait les visites d’indiction, nous avons vu la rapidité de l’équipe de la Guinée à prendre contact avec les autorités comme l’Assemblée nationale et les autres structures. Donc, puisse que nous avons vu que l’équipe est proactive nous avons jugé nécessaire de commencer par des gens qui déjà bien structurés pour nous permettre de bien démarrer la mission. Et nous avons apprécié l’intérêt des députés pour la santé de la reproduction au niveau national. Aussi, nous avons été très frappé par l’intérêt de la commission santé de la Guinée à étendre cette action au niveau africain ; c’est une innovation à laquelle nous même qui avons conçu ce projet on ne s’attendait pas ».

Les députés ont promis d’accompagner les membres de cette coalition pour les plaidoyers auprès des autorités pour le bien-être des citoyens. Honorable Tewa Terèse Yaradouno et Dr Fodé Bocar Maréga sont respectivement rapporteur de la commission santé et président de la commission éduction de l’Assemblée nationale : « je suis très réconfortée en tant que femme, en tant que femme du corps médical mais aussi en tant que femme députée. C’est une question de rédévabilité que nous saisissons pour venir en aide aux femmes et aux jeunes filles » a-t-elle dit.

De renchérir honorable Dr Fodé Bocar Maréga dira que : « au sein de notre Commission, nous avons un volet éducation préscolaire chez les jeunes filles et en milieu scolaire surtout au lycée jusqu’à l’Université. Donc, c’est un volet important dans ce domaine-là. Lorsque le rapport sera là, ensemble on verra comment parfaire le plaidoyer et mené les actions sur le terrain surtout à l’intérieur du pays » a-t-il indiqué.

Dans la réalisation de ce projet, il sera question entre autres, de l’organisation des campagnes de plaidoyers en collaboration avec les organisations de la société civile et de la mobilisation des ressources conjointes en matière du droit de la Santé Sexuelle et Reproductive en Afrique de l’Ouest et Australe.

Oumar M’Böh pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email