Considérée comme un scandale géologique, la Guinée peine encore à démarrer véritablement son développement économique. Sa population n’en profite pas des richesses naturelles du pays malgré son potentiel minier.

Pour palier à ce problème dont souffre les guinéens, le négociateur et juriste international spécialisé dans le domaine minier et pétrolier, PDG de la société Guinéenne, Guinean Biriminien Gold (GBG) basée dans la région de Kankan en république de Guinée, Docteur David Makongo a à l’occasion de la 7 ème édition du symposium mines Guinée organisé par le ministère des mines et de la géologie sous le thème « Optimiser l’industrie minière pour canaliser le développement socio-économique » invité les sociétés minières évoluant en Guinée à suivre les conseils du président de la transition Colonel Mamadi Doumbouya, en respectant le contenu local.

Pour lui ces sociétés minières doivent payées le meilleur salaire au guinéens, développer les communautés, redistribuer les bonus qu’elles gagnent en Guinée.

Devant la presse après la clôture du symposium par le premier ministre Dr Bernard Gomou, ce jeudi 17 novembre 2022, il a donné ses impressions sur l’organisation de cette 7 ème édition. Il estime qu’à travers ce symposium les participants à cet événement ont démontré leur engagement pour le changement dans le secteur minier au profit des communautés.

« Cette volonté est là aussi des directeurs généraux des entreprises qui sont attentifs au mot du respect des engagements prises par les sociétés vis à vis de l’État et les communautés. J’ai senti aussi qu’il y a la volonté aussi des jeunes guinéens cette fois-ci d’être impliqués dans le secteur minier. Avant les jeunes guinéens n’étaient pas tellement impliqués parce qu’ils ne connaissaient pas la chaîne de valeur de ces entreprises. On parle de la bauxite, de l’or de fer, les guinéens ne savaient pas. Mais aujourd’hui beaucoup des jeunes guinéens s’impliquent dans toutes les chaînes de valeur. »

Choqué de la place qu’occupe la Guinée sur le plan de développement, le consultant en mines estime que vue les richesses que la Guinée dispose, elle ne devrait être considérée comme un pays très pauvre et endettée.

« La Guinée est la  meilleure productrice de la bauxite au monde. Meilleure qualité, meilleure qualité du fer au monde. Mais on nous dit ’’ la Guinée c’est un pays très pauvre et endettée ’’ Ça, ça joue beaucoup dans ma tête et ça joue beaucoup dans la tête des guinéens. Un pays ne peut pas être très pauvre et endetté quand ce pays détient la meilleure la qualité et quantité de bauxite au monde. La meilleure qualité et la meilleure quantité du fer au monde. Pour moi, ce thème, on doit finir cette qualification de la Guinée que c’est un pays très pauvre et endetté à ces conférences. On doit finir avec ces thèmes. la Guinée n’est pas un pays pauvre, par ce qu’elle a la bauxite. La Guinée n’est pas un pays pauvre, par ce qu’elle a le fer. Tout compte fait, la Guinée c’est un pays très riche, mais aussi arnaqué par les braqueurs et ces braqueurs doivent arrêter. On doit suivre les conseils du président de la transition, respecter le contenu local. Payer le meilleur salaire au guinéens, développer les communautés, construire les centres de culture, construire les salles de gymnastique. Redistribuer les bonus que les sociétés minières gagnent en Guinée. Je pense qu’avec ça, les sociétés minières vont évoluer dans la paix sur toute l’étendue du territoire Guinéen. Les sociétés vont gagner, les guinéens vont gagner. Pour moi c’est ça. Si les sociétés gagnent, la Guinée doit aussi gagner. Nous sommes dans un terrain gagnant gagnant. C’est ce que je veux voir. » a-t-il souhaité.

Ibrahima Foulamory Bah