Tournoi du chef de l’État à Pita : « c’est le tournoi de la honte », réagit le député Cellou Baldé

0
145

Organisé par le ministre de la Jeunesse et de l’emploi jeune, le tournoi de reconnaissance du Foutah Djallon au président de la République continue susciter des débats en Guinée. Lancé samedi dernier par le ministre Mouctar Diallo en personne, ce tournoi semble être très mal perçu par des élus du Foutah Djallon notamment le député uninominal de Labé.

Pour le député Mamadou Cellou Baldé de l’UFDG ce tournoi n’est pas opportun : « Moi, je l’appelle le tournoi de la honte. C’est un tournoi de la honte. J’ai honte pour l’initiateur de ce tournoi parce que ce n’est pas au lendemain de la casse de Kaporo Rails dont 80 % des victimes sont des ressortissants de Pita, ce n’est pas après avoir tué plus de 106 jeunes dont 82 parmi eux sont des ressortissants de Pita, qu’on puisse organiser un tournoi de reconnaissance à M. Alpha Condé. Lui reconnaitre quoi ? C’est ça la question fondamentale aujourd’hui.»

Plus loin, ce cadre de l’UFDG procède à des révélations non des moindres : « Tout ce qu’il y a derrière ça c’est que le ministre initiateur a fait un budget d’environ 3 milliards GNF. Il a mobilisé cet argent et aujourd’hui laissez-moi vous dire que chaque sous-préfecture de Pita n’a reçu que 2 500 000 GNF pour l’équipe. Et toute l’organisation, ils ne vont pas dépenser plus de 50 millions GNF. Ils vont se partager les 2 milliards 950 000 millions qu’ils ont mobilisés et ils vont le faire au nom de Pita. Je l’appelle le tournoi de la honte ».

Poursuivant, il soutient qu’après l’UFDG, Bah Ousmane est le seul leader de Pita : « Vous avez même suivi la réaction de Bah Ousmane, car après l’UFDG c’est Bah Ousmane qui peut venir comme leader de Pita. Lui il a dit qu’il n’assistera et ne soutiendra pas le tournoi. Il a même dit que le chef de l’Etat et le Premier ministre l’ont demandé d’accompagner, mais qu’il n’a pas accepté. »

Il faut rappeler que ce tournoi opposera une dizaine d’équipe de la préfecture de Pita pendant près de deux semaines.

Bah Djenabou Labé, pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email