Tribune : Ali Touré, le Procureur guignol de la CRIEF (Mam Campbell)

0
86

Le ridicule ne tue pas, on ne finira jamais de dénoncer la maladresse du CNRD dans la nomination de certains individus à des postes qu’ils ne méritent point. Tel est le cas du procureur spécial près la CRIEF. Dans un monde devenu village planétaire dans lequel l’interconnexion facilite toutes les appréhensions, il est maladroit voire honteux pour un homme prétendant connaitre le droit de se transformer en mythomane. La folklorique conférence de presse du vendredi dernier qu’il a récemment organisée, a permis de mettre en exergue son incompétence et son ignorance absolue dans le rôle de procureur qu’on lui a confié.
Ali Touré croyait qu’à la faveur de sa tristement célèbre conférence, il pouvait jeter un discrédit sur Dr. Kassory Fofana, Louceny Nabe et Cie. Les sommes faramineuses que ce procureur a déclaré à l’actif de ces anciens dignitaires donnent le tournis. De nombreux guinéens ont été stupéfiés par les montants annoncés. Car, celui qui connait bien le dollar ne peut pas imaginer un tel montant à l’actif d’un seul individu. De telles allégations mensongères de la part d’un magistrat décrédibilisent la corporation. Au lieu de s’enfoncer dans les méandres des affabulations, il a intérêt à mettre fin à cette séquestration arbitraire, qui a fini d’étaler au grand jour le dessein machiavélique de ses commanditaires.
Étudier le droit et faire le droit sont différents, Ali Touré n’applique pas ce que ses professeurs lui ont enseigné, il agit à la dimension d’une forfaiture pour laquelle il a vendu son âme au diable. Il a été le seul à se prêter à cette sale besogne à cause de ce qui lui a été proposé. Ali Touré est une honte pour la justice guinéenne, sans le savoir il vient de sacrifier sur l’autel de ses ambitions personnelles, sa carrière, son honneur. L’histoire retiendra qu’Ali Touré a été dans l’incapacité de prouver les preuves de ses accusations contre Dr. Ibrahima Kassory Fofana. S’il a le moindre grain d’honneur et de dignité, il aura du mal à vivre dans ce pays. Car, partout où il sera on l’indexera pour son rôle dans l’affaire Kassory Fofana, Dr Lounceny Nabe et CIE.
Tous les jours qui passent donnent raison au Pr. Alpha Condé, la junte se trouve embarrassée par l’immensité des problèmes qui l’assaillent. C’est à l’œuvre que l’on connait l’artisan. Pendant 10 ans malgré les adversités sauvages, le Pr. Alpha Condé et ses collaborateurs ont su gérer avec dextérité tous les problèmes du pays. Lors des concertations nationales en septembre dernier, les magistrats avaient pourtant dénoncé l’ingérence de l’exécutif dans les décisions judiciaires. C’est paradoxal de voir aujourd’hui un procureur en la personne de Ali Touré se soumettre aux injonctions de l’exécutif. Le rapport de la Brigade d’investigation après plus de deux mois de recherche et d’enquête n’a rien trouvé à reprocher aux cadres injustement séquestrés. On se demande réellement quelle source d’information dispose ce spécial procureur.
Tout ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément dit-on souvent. La peine avec laquelle Ali Touré articulait les mots de ses accusations prouve à suffisance qu’il racontait un montage dont les paramètres ne sont pas par lui maitrisés. Les guinéens ont découvert en lui un excellent menteur, ses propos ont renforcé davantage l’amour de Kassory dans le cœur des militants et sympathisants du RPG arc en ciel et de celui de tous ceux qui sont contre l’injustice. Un tel poste ne devait pas échoir à un procureur ignorant et carrent comme Ali Touré qui est devenu la honte vivante de la justice guinéenne.
Une sagesse mandingue dit : « Offrir un chien en sacrifice n’est pas difficile mais, trouver un marabout pour l’égorger est la véritable difficulté ». Le dilemme du procureur spécial de la CRIEF est grand, il est entre le marteau et l’enclume : faut-il libérer Dr. Kassory pour délit non constitué ou se renier en soutenant l’arbitraire ? L’homme qui a un honneur, une dignité, une personnalité n’acceptera jamais d’être saoul par un vin qu’il n’a pas bu. Il refusera l’arbitraire, le mensonge, il choisira le chemin de la vérité et de l’honneur. Le blanc finira toujours par rogner le noir !
#MAM #CAMPBELL
JOURNALISTE INDÉPENDANT ET ACTIVISTE CONSULTANT EN COMMUNICATION

NB : Ce contenu n’engage pas notre rédaction (Lecourrier de Conakry)

Print Friendly, PDF & Email