Vol de carburant à l’EDG de Kankan: les prévenus condamnés de 2 à 10 ans d’emprisonnement

0
1179
Vol de carburant à l’EDG de Kankan: les prévenus condamnés de 2 à 10 ans d’emprisonnement

Le vol du carburant a eu lieu le 27 juin dernier à la centrale de l’EDG de Kankan. Ce mardi 23 juillet 2019, le principal accusé et ses présumés complices ont comparu devant le tribunal correctionnel de Kankan. Après les débats contradictoires, réquisitions et plaidoiries, dans la délibération, le tribunal a condamné les accusés à des peines allant de deux à dix ans d’emprisonnement.

Ils étaient au total cinq personnes à être présentées devant le tribunal correctionnel de Kankan. Lancinè Traoré, cerveau du dossier, était accusé de vol aggravé et de coups et blessures volontaires. Ansoumane Damaro Camara, Directeur de la centrale, Lancinè Koma Traoré, Mory Kanté et Bangaly Doumbouya tous agents au sein de la centrale de l’EDG à Kankan étaient poursuivis  pour complicité de vol et négligence, plus 13 autres personnes en cavale.

A la barre, Lancinè Traoré qui a été pris avec des bidons de carburant, a reconnu les faits qui lui sont reprochés : « Je travaille à l’EDG depuis 2013. La journée du jeudi 27 juin, j’étais au service. Quand j’ai rempli les bidons, je suis venu klaxonner mais il n’y avait personne à la porte. Donc c’est moi-même qui ai ouvert la porte pour sortir. C’est par peur que j’ai trimballé Laye Keïta qui voulait voir ce qui se trouvait dans mon véhicule juste avant mon arrestation ».

Ensuite il a été questionné par le procureur sur les motifs du vol de carburant, ses complices et la destination de carburant. Sa réponse à ces questions n’a que « désolé ».

Les cinq accusés sont succédé à la barre pour faire face aux questions du président du tribunal, du procureur de la République et leur avocat. Mais à part Lancinè Traoré, tous les autres ont balayé d’un revers de la main les accusations qui pèsent contre eux.

Après avoir écouté tous les accsués, le tribunal a clôturé les débats et a ouvert la phase des réquisitions et plaidoiries.

Dans ses réquisitions, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Kankan, Aly Touré, a demandé au tribunal de retenir tous les prévenus et ceux qui sont en cavale dans les liens de la culpabilité pour le motif qu’ils sont tous dans la même équipe de travail dirigée par Lancinè Kanté, cerveau du vol.

Pour la répression, il a dit qu’il plaise à la cour de condamner Lancinè Kanté à dix ans d’emprisonnement ferme ainsi que les treize autres qui sont en cavale. Pour les présumés complices de vol de carburant, le procureur a requis 3 ans d’emprisonnement ferme avant de demander la relaxe pure et simple de Bangaly Doumbouya qui avait soutenu à la barre qu’il était en congé à Conakry au moment des faits.

Dans ses plaidoiries, Me Mohamed II Kourouma de la défense, a déploré d’abord, selon lui, le fait que le ministère public procède à des poursuites sélectives mais aussi et surtout le manque de preuves contre les co-prévenus. Il a plaidé pour le renvoi à des fins de poursuite pour les quatre autres avant de plaider pour un an d’emprisonnement assorti de sursis pour le principal prévenu Lancinè Traoré soulignant qu’il n’y a pas eu de vol mais d’une tentative de vol.

Après avoir écouté toutes les parties, le tribunal a suspendu l’audience pour 30 minutes. A la reprise, le verdict est tombé.

C’est Oumar Kadiatou Sylla deuxième assesseur qui a lu le délibéré. Le tribunal a reconnu tous les prévenus et les treize autres en cavale coupables de faits de vol, coups et blessures volontaires et complicité de vol et de recel.

Pour la répression, il a condamné Lancinè Traoré et les treize autres en cavale à dix ans d’emprisonnement et au payement de deux millions de francs guinéens. Les autres Ansoumane Damaro Camara, Directeur de la centrale, Lancinè Koma Traoré et Mory Kanté tous agents au sein de la centrale de l’EDG à Kankan ont écopé de deux ans d’emprisonnement et au payement de 500 mille francs chacun.

Le tribunal a aussi ordonné la relaxe de Bangaly Doumbouya qui était en congé à Conakry au moment des faits.

Après la lecture du verdict, la défense, par l’intermédiaire du Me Mohamed II Kourouma, a dit qu’elle va interjeter l’appel.

Mamadi Kaba depuis Kankan pour lecourrierdeconakry.Com

Print Friendly, PDF & Email