Covid19 : Un cas positif identifié dans la commune urbaine de Labé

0
127

La ville de Labé vient d’enregistrer un cas positif au Covid-19. Il s’agit d’une femme en provenance de Conakry qui n’a pas voulu attendre le résultat de son test qui s’est finalement avéré positif. La dame était déjà arrivée depuis vendredi matin dans le village de Konkorin (sous-préfecture de Dionfo) où son mari est en service depuis quelque temps, a appris lecourrierdeconakry.com de source officielle.

Interrogé ce mardi 2 juin 2020, le Directeur régional de la santé (DRS) de Labé est revenu sur l’itinéraire de la femme en question : « Il s’agit d’une dame dont le mari travaille au niveau du poste de santé de Konkorin. Elle a décidé de rejoindre son mari dans ce village. Elle est passée par Kouria où on l’a prélevée avant de continuer sur Labé. C’est dans la nuit du vendredi à 1 h du matin qu’elle est arrivée à Labé centre où elle est restée jusqu’à 5 h du matin pour continuer sur Konkorin. Son arrivée à Konkorin a coïncidé au voyage de son mari qui était en mission à Mali. C’est quand on a su qu’elle est positive qu’on a cherché à les joindre, elle et son mari. Ainsi, son mari est venu et on s’est déplacé ensemble pour Konkorin. Et c’est hier lundi vers 19h qu’elle a bougé pour Kindia », déclare le Dr Mamadou Oudy Bah.

Après l’évacuation d’urgence du malade, l’heure est à la recherche de ses contacts. Première cible, le syndicat des transports auto et moto de la commune urbaine de Labé. «Selon nos informations c’est un taxi qu’elle a utilisé. Maintenant là on se décide d’aller tout de suite voir le syndicat pour essayer de voir quelles sont les personnes qui sont venues ici vendredi à 1h du matin. Si on arrive à les identifier, on saura qu’elles sont les personnes concernées. En plus, rencontrer le syndicat des taxi-motos pour voir aussi si on peut retrouver celui qui a transporté la femme vers Konkorin vendredi à 5h du matin afin qu’on puisse les observer selon la procédure », a ajouté le DRS de Labé.

«Vous savez, les gens cherchent toujours à se faufiler soi-disant qu’ils sont prélevés alors que très souvent ils n’ont pas le résultat. Rien qu’au cours de la semaine dernière c’est 404 personnes qui ont été recensées au niveau de la barrière sanitaire de Garambé. Toutes ces personnes proviennent de la capitale. Donc, c’est assez grave », reconnait le Dr Mamadou Oudy Bah.

Bah Djenabou Labé, pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email