A l’instar de son prédécesseur, Bernard Goumou, le nouveau Premier ministre, Amadou Oury Bah a présenté la politique générale du gouvernement à l’hémicycle, ce lundi 27 mai 2024. Dans cette déclaration officielle tant attendue, le locataire du Palais de la Colombe a pratiquement évoqué tous les secteurs notamment : transition et gouvernance, économique et infrastructures, développement social, environnement et agriculture, digitalisation et modernisation.

Suite à cette sortie, un reporter du Courrier de Conakry a recueilli les propos de certains acteurs présents dans la salle dont les membres du CNT et les leaders politiques.
Si les conseillers nationaux de la transition sont quasiment satisfaits de la présentation de Bah Oury, tel n’est pas le cas chez les politiciens que nous avons interviewé.

Nous vous invitons à lire les réactions croisées des uns et des autres.

Fanta Conté, secrétaire parlementaire

« Globalement c’est satisfaisant. Cette déclaration du politique générale qui était très attendu. Nous sommes en transition tout est paritaire dans tous les secteurs d’activités : électricité, eau potable, politique…
Dans son discours il a touché tous les secteurs prioritaires et non prioritaires. Il a posé le diagnostic pour voir qu’est ce qui ne va pas et qu’est-ce qu’il faut. Il a proposé des solutions par rapport aux différents problèmes qu’ils ont eu à identifier. Je pense que c’est le plus important. Pour régler un problème, il faut savoir d’abord qu’est ce qui n’a pas marché avec les précédents gouvernements. Je pense que ce travail de fond a été fait par son équipe. Donc, nous attendons beaucoup de lui. Nous espérons que, comme il a promis dans les prochains jours et mois à venir, nous aurons des réponses satisfaisantes par rapport aux différents problèmes qui ont été identifiés afin qu’on ait une transition réussie et apaisée.

Sélectionné pour vous :  Les responsables de l’Orphelinat le Bon Samaritain sollicitent une assistance de l’honorable Claude Kory Kondiano

Fabara Koné, membre du CNT

« J’ai été satisfait sur certaines questions et sur d’autres questions je suis resté sur ma faim. Il y avait beaucoup de questions, une centaine. Du coup le premier ministre n’a pas répondu à toutes les questions mais comme la procédure le permet, il a promis de faire parvenir les réponses au CNT, ça veut dire que le débat continue. Globalement il a survolé tous les secteurs

Le premier ministre n’a pas répondu à toutes les questions il est chef de gouvernement il ne peut pas s’exprimer sur toutes les questions techniques. Ce n’est pas forcément le lieu de poser des questions sur la culture ou autres. »

Sory Camara, président du PDND

« En gros, il faut noter qu’il y a de l’espoir. Il y a eu de grandes avancées. Aujourd’hui, nous nous retrouvons dans une situation exceptionnelle. Nous acteurs politiques, ce qui nous intéresse c’est le retour à l’ordre constitutionnel. On a vu tout au long du discours du PM, il s’est toujours projeté vers 2025, avec une indication purement et simplement ambigüe. Cela nous amène à réfléchir sur qu’est-ce qu’il faut pour les élections 2024, quel est le réel calendrier que le PM est entrain de proposer au peuple de Guinée. Parce que c’est important, qui dit transition, c’est les élections, qui dit élections c’est le retour à l’ordre constitutionnel. Dans cette déclaration de la politique générale du gouvernement nous ne le retrouvons pas. C’est une ambiguïté totale. Nous avons hâte de savoir le reste du déroulement du calendrier afin que nous soyons situés. C’est important pour sauver la Guinée, pour sauver l’honneur de Mamadi Doumbouya.. »

Sélectionné pour vous :  Dernière minute : Un Hélicoptère s’est écrasé à Conakry !!!

Keita Ahmed, président UDPG,

« Dans cette déclaration, il y a beaucoup de choses dedans, mais tout n’a pas été dit. Je pense qu’il y a des bonnes choses qui ont été dites qu’il faut capitaliser. Le pays vient loin, nous tous surtout nous de la classe politique on a envie que les choses changent en bien. Donc, tout ce qu’on pourra faire on sera à disposition de le faire. Nous portons beaucoup d’espoir sur le premier ministre Bah Oury. Nous lui souhaitons bon vent.

Moi je pense de façon globale, il faut soutenir tout ce qu’ils ont entrain de dire, il faut aider à ce que ça marche. Il est extrêmement important pour nous que cette transition soit la dernière en République de Guinée. Nous mettrons tout en œuvre pour que cette transition soit une réussite. Les réformes qui sont engagés puissent aller aux terres. Aussi appeler toujours nos collègues politiques qui sont réticents de revenir et que tous ensemble qu’on puisse trouver les voies et moyens pour sortir de cette situation. »

Ibrahima Soya

LAISSER UN COMMENTAIRE AVEC Facebook