Forêt Forte: Pourquoi la reprise du travail après 15 jours de grève ?

0
1174

Les travailleurs de l’usine Forêt Forte ont repris le chemin du travail le 17 juin dernier. C’est le constat fait sur place par notre correspondant.  Cela fait suite à un accord trouvé entre les travailleurs et les responsables de la société Forêt.

« Nous avons décidé de reprendre le travail aujourd’hui parce que les responsables de la société se sont engagés à satisfaire nos revendications. Ils ont dit qu’ils sont d’accord sur tous les points, y compris l’augmentation de salaire. Et sur ce dernier point, nous sommes convenus de mettre sur pied un nouveau bureau syndical qui va discuter avec la direction sur les modalités d’augmentation des salaires. Ils (NDLR : Les responsables de la sociétés,) se sont engagés à travers un document qui a été signé par le maire de Samoé (sous-préfecture où évolue la société) et le préfet », nous a confié Pé Gonzales Kolié, un des porte-paroles des grévistes.

Selon des témoignages, les conducteurs ont repris le travail samedi 17 juin à parti de 22 heures. Et les autres le dimanche 18 janvier.

Joint au téléphone par la rédaction locale du courrierdeconkry, un des responsables de la  société nous a confirmé cette information sans pour autant fait de commentaire.

« Ils (les travailleurs NDLR) ont décidé de reprendre le travail suite au consensus qu’ils ont signé avec la direction. Je ne peux pas vous dire ce qui a été dit parce que je n’ai pas participé aux négociations » a-t-il indiqué.

Il y a près de deux semaines, les 1600 salariés de Forêt Forte avaient abandonné le travail pour exiger l’amélioration de leurs conditions de travail notamment l’augmentation de leur salaire.

Pour rappel, les travailleurs de Forêt Forte ont déclenché cette grève le 3 juin dernier suite au passage du ministre de l’industrie et de PME. Les responsables de la société auraient dit à ce dernier que le salaire de base était de 2500 000 francs guinéens alors que certains travailleurs n’ont  même pas droit au Smig. Ce  qui a provoqué la colère des travailleurs.

Mamady 2 Camara, Correspondant à N’Zérékoré

 

Print Friendly, PDF & Email