Le tribunal de première instance de Mafanco a décerné ce jeudi 18 avril 2024 un mandat d’amener contre Madifing Diané. Accusé par l’Union des Forces Démocratique de Guinée (UFDG), de diffamations, discriminations, abus d’autorité et dénonciations calomnieuses, l’ancien gouverneur de Labé s’est absenté pendant les deux jours d’audience programmé par le tribunal de première instance de Mafanco. Suite à cette absence à répétition que le juge a décerné un mandat d’amener contre l’ex-ministre de la sécurité au TPI de Mafanco pour la prochaine audience prévue 2 mai 2024.

La partie civile qui aborde dans le même sens que le parquet souhaite la comparution du prévenu pour qu’il justifie ces accusations contre Cellou Dalein Diallo et son parti.

Me Salifou Béavogui : « Nous avons sollicité l’application de l’article 479. Le parquet a appuyé et finalement le tribunal a décerné un mandat d’amener contre lui au tribunal pour l’audience du 2 mai 2024.

Nous applaudissons cette décision à deux mains. Parce que devant la justice, il n’y a pas de fort ni de faible. Il n’y a pas de riche ni de pauvre. Tous les citoyens doivent être traités au même pied d’égalité. Nul n’est au-dessus de la loi. Nous irons jusqu’au bout. Il faut qu’il vienne donner les raisons et les preuves dont il dispose de ses allégations. » dit-il avant de souligner que la comparution de son client Cellou Dalein n’est pas obligatoire.

Sélectionné pour vous :  Paysage politique : Le leader du BL n’exclut pas de travailler avec le RPG Arc-en-ciel

« Pour le moment c’est le prévenu qui doit comparaitre, c’est lui qui est cité, contrairement à la partie civile qui peut être représentée à tout moment. La partie civile ne comparait que lorsque c’est nécessaire. »

Ibrahima Soya

LAISSER UN COMMENTAIRE AVEC Facebook