Chaque 28 mai, le monde célèbre la Journée Internationale de l’Hygiène Menstruelle. La Guinée a également marqué cette journée cruciale pour la jeunesse féminine. L’ONG Action des Femmes et Filles de Guinée (AFFIG) a saisi cette occasion pour lancer une campagne de sensibilisation afin d’éduquer les jeunes filles sur la gestion de leurs menstruations. Durant cette journée, l’AFFIG a profité pour distribuer des kits de serviettes hygiéniques et organiser des panels de sensibilisation pour les jeunes filles, lors d’une cérémonie au Palais du Peuple. Cependant, aucun membre du gouvernement n’était présent à l’événement aux côtés de l’AFFIG.

Le thème « Tabou et stigmatisation, gestion inadéquate de l’hygiène menstruelle chez les jeunes filles : quel est son impact sur leur vie ? Quelle est la contribution des parents et de la communauté scolaire à un changement positif ? » a été au cœur de la célébration de cette année par l’ONG AFFIG, pour la quatrième édition de la journée internationale de l’hygiène menstruelle.

Dans son discours, la présidente de l’ONG Action des Femmes et Filles de Guinée a souligné que « Cette inclusion est vitale, car la santé menstruelle est étroitement liée à de nombreux autres aspects de la santé sexuelle et reproductive, et doit être soutenue pour faire du droit à la santé une réalité pour tous », a déclaré Batrou Brema Cissoko lors de la Journée Internationale de l’Hygiène Menstruelle.

Berbetu Meda, Scout de Guinée, a exprimé sa gratitude lors de la cérémonie, remerciant l’ONG pour cette initiative enrichissante qui lui a permis d’en apprendre davantage sur l’hygiène menstruelle.

Sélectionné pour vous :  La position du gouvernement guinéen, après l’adoption de la durée de la transition par le CNT

« J’ai beaucoup appris, je remercie donc l’ONG AFFIG qui nous a permis d’en savoir plus sur nos menstruations et d’aider nos petites sœurs à comprendre ce qu’est l’hygiène menstruelle », a-t-elle dit.

Aujourd’hui, face à l’absence de soutien de l’État, la présidente de l’ONG AFFIG, Brema Cissoko, appelle à son implication.

Nous demandons l’engagement de l’État dans cette quête du bien-être des femmes et des jeunes filles. Il est essentiel de rendre les serviettes hygiéniques accessibles en les subventionnant, pour que les jeunes filles démunies puissent obtenir gratuitement des produits hygiéniques. Concernant le système reproductif, il est impératif de pouvoir gérer les menstruations de façon hygiénique, en toute intimité et dignité.

Compte tenu de l’importance de cette journée, il est crucial que l’État s’engage aux côtés de l’ONG AFFIG dans ses initiatives.

Ibrahima Foulamory Bah pour lecourrierdeconakry.com

LAISSER UN COMMENTAIRE AVEC Facebook