Après la décision du Conseil constitutionnel d’invalider le report de la présidentielle au 15 décembre, le président Macky Sall s’est engagé vendredi à organiser le scrutin « dans les meilleurs délais ».

Le chef de l’État sénégalais Macky Sall s’est engagé vendredi 16 février à organiser la présidentielle « dans les meilleurs délais », après le veto mis par le Conseil constitutionnel à sa décision de reporter l’élection initialement prévue fin février.

Au lendemain de cet arrêt historique des « Sages », le pays, dans l’attente de savoir quand et comment il allait voter, était suspendu à la réaction du président. Le président Sall a rompu le silence sous la forme d’un communiqué.

Il « entend faire pleinement exécuter la décision du Conseil constitutionnel » et « mènera sans tarder les consultations nécessaires pour l’organisation de l’élection présidentielle dans les meilleurs délais », dit le texte. « Dans les meilleurs délais », c’est précisément la fenêtre impartie jeudi par le Conseil constitutionnel quand celui-ci a invalidé le report de la présidentielle au 15 décembre. Depuis, les appels se sont élevés de toutes parts, dans le pays et à l’étranger, à l’adresse du président Sall pour qu’il s’exécute.

Le Sénégal traverse l’une des pires crises politiques de son histoire post-indépendance depuis l’annonce le 3 février par le président Sall du report de facto de la présidentielle, prévue le 25 février. L’Assemblée nationale a ensuite repoussé le scrutin au 15 décembre après avoir fait évacuer l’opposition de force. Elle a prolongé le mandat du chef de l’État jusqu’à l’installation de son successeur.

France 24