Ouvert il y a de cela sept mois, le tribunal de première instance de Mafanco vient de rendre son verdict dans le dossier de l’affaire présumé de viol et harcèlement sur cinq (5) filles mineures dans l’Orphélinat Hakuna Matata. Le présumé auteur Néro Lancinet Camara a été condamné ce mardi 25 juillet 2023, à deux (2) ans d’emprisonnement dont huit (8) mois assortis de sursis d’harcèlement sexuel et au paiement d’une amende de 2 millions de francs guinéens. Il a été aussi condamné au paiement de 100 millions de francs guinéens pour les intérêts de la partie civile.

Malgré les lourdes peines qui viennent s’ajouter à l’interdiction de l’accusé de séjour pendant cinq (5)) ans dans l’anceinte de l’orphelinat, la fondatrice Dame Laurence Rouyer se dit convaincue que la décision rendue par le tribunal devait être plus sévère par rapport aux actes qu’aurait commis son mari dans son orphelinat.

« Je m’attendais quand même à une condamnation plus sévère par rapport à ce que Néro Lancinet Camara a commis vis à vis de mes filles. Ça me touche parce que je sais ce qu’elles ont subi. On a décidé d’interjeter appel de la décision parce qu’on trouve que la peine est très petite. Les indemnités qu’ils ont citées. Nous, ce n’est pas derrière l’argent qu’on court, ce n’est pas le principal que nous, on cherche, nous voulons qu’il ait une condamnation ferme pour au moins qu’il ait une petite réparation sur les filles. »

Même si l’accusé monsieur Camara était renvoyé des fins de poursuites et reconnu non coupable des faits de viol mis à sa charge, il a été reconnu néanmoins coupable de harcèlement sexuel sur la personne de Fatoumata Binta Bah, Aminata Diallo, Suzanne Bongono et Aissata Sylla par la présidente du tribunal de première instance de Manfanco.

Depuis sa détention le 1er avril 2022, l’accusé Néro Lancinet Camara a nié les faits qui lui sont reprochés et dénonce une conspiration orchestrée contre lui par son ex-épouse Laurent Rouyer la plaignante.

La défense a quant à elle plaidé non coupable et demande l’acquittement pur et simple de leur client. À en croire la défense, leur client Néro Lancinet Camara sera libre dans les seize (16) jours qui suivent. Une décision que la partie civile n’est pas du tout prête à accepter et a décidé de relever appel.

Ibrahima Foulamory Bah