Alors que le congrès national du parti est prévu pour le mois de juillet prochain, si tout se déroule comme prévu selon l’Union des Forces Démocratiques de Guinée, la question de la candidature de l’actuel ministre des transports et porte-parole du gouvernement de transition, Ousmane Gaoual Diallo, semble diviser les militants, sympathisants et cadres du parti.

Ousmane Gaoual Diallo, un haut cadre de l’UFDG, a été exclu du parti en juin 2022, suite à plusieurs controverses et tensions internes. Soutenant la junte au pouvoir, il a modifié son discours vis-à-vis de la direction nationale de son parti, critiquant sévèrement l’instance dirigeante. Ce revirement d’Ousmane Gaoual a conduit les responsables du parti à prendre des mesures disciplinaires à son encontre.

Interrogé sur cette exclusion, Souleymane Souza Konaté, président de la commission de communication de l’ANAD et conseiller en communication de Cellou Dalein Diallo, considère que l’affaire du ministre Gaoual est définitivement close au sein de l’UFDG.

“Personne ne parle de lui actuellement, on ne s’occupe pas de lui. Le plus important aujourd’hui c’est comment finir le congrès de renouvellement des instances de notre parti ? Et comment préparer le retour du président Cellou Dalein Diallo pour mettre le parti à notre bataille pour les prochaines échéances électorales par ce qu’on veut les remporter dès le 1er tour” souligne t-il avant de revenir sur les motifs qui ont conduit à l’exclusion de l’ancien coordinateur de la cellule de communication de l’UFDG.

 “Ousmane Gaoual Diallo, quand il a été nommé, il vous souviendra que le président El Hadj Cellou Dalein Diallo a lui-même adressé un message de félicitation et lui a encouragé par rapport n’est-ce pas à la suite de sa mission au sein de l’équipe gouvernementale. Mais après il a pris le poste du porte-parolat du gouvernement et tous les matins, c’est s’opposer aux décisions du parti, c’est de s’opposer au leader du parti, c’est d’invectiver aux cadres du parti, c’est d’aller à contre sens de toutes les décisions prises par la direction nationale du parti. Quand vous lisez le statut et règlement de notre formation politique, c’est très clair. Tous les cadres du parti, les militants et sympathisants ont l’obligation de respecter les décisions de la direction nationale, de faire la promotion du parti et de défendre les projets de société de notre formation politique. Dès que vous cessez d’obéir à ces règles-là vous cessez d’être militant de notre formation politique. C’est comme vous dans les médias là-bas, vous allez avoir un bon journaliste dans votre sein, mais tous les jours lorsqu’il va à contre sens des décisions prises par votre média vous prenez la responsabilité de l’exclure. Nous avons exclu Ousmane sur la base des textes fondateurs de notre parti, le statut et règlement intérieur. Donc à ce niveau, il n’y a aucun problème. Il avait la possibilité de saisir la justice du pays pour un délai bien mentionné et il ne l’a pas fait. Pour nous, la page est définitivement tournée parce qu’il n’y a pas de mariage forcé comme on le disait un beau moment quand il s’agissait de Bah Oury.”

Sélectionné pour vous :  Conflit domanial à Dixinn Port 3 : des jeunes dans les rues pour protester contre la vente de la maison des jeunes 

Les supporters du ministre Gaoual, réunis au sein du mouvement « Cercle des Amis de Gaoual » (CERAG), jugent son exclusion non fondée, la considérant comme le résultat d’un différend politique plutôt que de véritables fautes. Ils mettent en avant son dévouement de longue date au parti et sa participation active dans les combats politiques en Guinée, notamment contre le régime antérieur d’Alpha Condé.

 “Nous, on a vu un document sur les réseaux sociaux, faisant état de l’exclusion du ministre Ousmane Gaoual, de l’homme politique qui était membre du conseil politique. De l’autre côté, nous estimons que cette exclusion est illégale et illégitime. Elle ne répond pas aux normes. D’abord, le règlement intérieur de L’UFDG, à sur le chapitre des sanctions, elles se font en cinq (5) étapes. Il y a d’abord l’avertissement, la suspension, l’exclusion et puis la radiation. Ces étapes-là n’ont pas été respectées. Ça veut dire que le règlement intérieur du parti n’a pas été respecté. Elle piétine notre règlement intérieur. Nous rejetons en bloc cette exclusion.”, souligne Mamadou Diouhé Diallo connu sous le nom Chancelier Diouhé Diallo, membre du “Cercle des Amis de Gaoual’ (CERAG).

Depuis son exclusion du parti, Ousmane Gaoual Diallo, surnommé “Gorko Soussaiye” pour son engagement politique, bénéficie d’un soutien croissant. Mamadou Diouhé Diallo affirme que Gaoual est le plus apte à devenir le président de l’UFDG.

“ Il a mené un combat connu de tous les guinéens. Ce ne sont même pas les militants de l’UFDG qui l’ont appelé “Gorko Soussaye”, il faut le dire, c’est tous les guinéens, les militants de tous les partis politiques qui l’ont appelé ici “Gorko Soussaye “. Ousmane a mené des actions qui sont visibles sur le terrain. En ce qui concerne le parti, Ousmane a sacrifié sa vie pour que ce parti puisse accéder au pouvoir. Il a fait des sorties que personne n’osait faire. Entre 2015 et 2016, il a fait deux fois la prison. En 2017-2018, pendant que tout le monde se cachait, il n’y avait que Ousmane Gaoual qui partait dans les médias prendre la parole parler publiquement, attaquer le régime en place. Seul Ousmane Gaoual pouvait le faire pendant que tous les autres députés ou responsables de l’UFDG se cachaient dans leurs maisons. Quand il y avait des manifestations politiques, Ousmane Gaoual était toujours devant même si elles étaient interdites par les autorités. Et ce qui lui a valu encore, de faire huit mois de prison, de souffrance. Aujourd’hui vous allez voir le corps de Ousmane Gaoual mais Ousmane Gaoual était victime de tout. Il a même été attaché en prison. Il a été victime de tout, il a payé le prix. Il faut le reconnaître, il a tout donné pour que l’UFDG se hisse au sommet de l’État. Je vous j’assure que ce combat aussi il doit continuer à le mener jusqu’à ce que l’UFDG atteigne le sommet. Donc il sera candidat au congrès. D’abord c’est nous les militants de l’UFDG qui exigeons que Ousmane Gaoual soit candidat au congrès conformément au règlement intérieur du parti. Il y a le congrès qui arrive ! Qu’il participe comme tout autre responsable du parti qui veut être candidat. Mais si en tout cas les congressistes décident d’élire Ousmane Gaoual comme président de l’UFDG mais que voulez-vous ? Il est président du parti pour les cinq prochaines années. Et s’il ne gagne pas, il reste dans le parti en tant que membre du conseil politique. Il participera au congrès sinon, il n’y a pas de congrès rassurez-vous.”

Sélectionné pour vous :  Justice : procès Fabou Camara vs FNDC programmé ce lundi à Conakry

La situation demeure compliquée et met en lumière les défis internes que l’UFDG doit relever  pour préserver l’unité et la démocratie en son sein.

Ibrahima Foulamory Bah pour lecourrierdeconakry.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE AVEC Facebook