Suite au travail de la commission spéciale chargée de suivre les différents procès, la Maison des Associations et ONG de Guinée (MAOG) a présenté ce mardi à Conakry, les résultats de cette enquête.

Selon le coordinateur Alpha Bayo, la MAOG constate avec regret quelques violations flagrantes des règles de procédures ainsi que les droits fondamentaux des personnes poursuivies par le procureur spécial près la CRIEF.  Parmi ces éléments, on note :

Le manque de fondement juridique de l’arrestation des accusés, en flagrant délit. Les accusés devraient être immédiatement cités devant le juge du jugement mais ils ont été renvoyés devant un juge d’instruction (violation des règles de procédure);

 Les recours injustifiés contre toutes les décisions de mise en libertés prononcées au profit de certains détenus dans les procédures pendantes par devant la CRIEF; L’expiration des délais de détention provisoire;

La non-exécution des arrêts de la chambre spéciale de contrôle de l’instruction ordonnant la mise en liberté des personnes poursuivies assortie du contrôle judiciaire moyennant cautionnement;

A l’absence des voies de près la CRIEF a ordonné les instructions manifestement illégales, aux gardes pénitentiaires de reconduire les accusés à la maison centrale;

L’inexécution des décisions de justice par le Procureur Spécial pres la CRIEF ;

Face à cette justice (CRIEF) téléguidée et orientée poussant plusieurs leaders d’opinions à l’exile, la MAOG pense qu’il est temps de reformer cette institution judiciaire car elle est devenue un instrument contre des leaders potentiellement gênants. A soutenu M. Bayo.

Sélectionné pour vous :  Le projet Simandou présente déjà des avantages économiques tangibles… (Par Aïcha Bah Diallo, ancienne ministre guinéenne de l’éducation)

Dans sa recommandation, la MAOG demande : la libération pure et simple, ou sous contrôle judiciaire de tous les détenus politiques ; La réforme profonde de la CRIEF ; le jugement des prévenus dans les délais raisonnables ; le Respect des décisions de justice rendues par les juridictions nationales et supranationales ; l’impartialité dans les poursuites judiciaires ; la garantie de la sécurité de tous les acteurs socio-politiques même ceux qui se trouvent en exil;…

Ibrahima Soya

LAISSER UN COMMENTAIRE AVEC Facebook