Foumabadou : Des  militaitres accusés d’exactions et de vols

0
869

Des agents de la gendarmerie de N’zérékoré et de Lola ont fait irruption  mardi 12 septembre 2017 dans la commune rurale de Foumbadou où les habitants étaient en colère contre leur maire. Selon les témoins, ces agents se seraient  livrés à des actes de vandalismes et de pillages a appris surplace lecourrierdeconakry.

C’était dans l’après-midi du mardi quand des  gendarmes armés de gaz lacrymogènes et de kalachnikovs sont arrivées à Foumbadou. Selon des informations, ils avaient pour mandat, de récupérer les motos que les habitants avaient retirées à la commune et d’arrêter quelques personnes qui étaient soupçonnées d’être des instigateurs de la révolte contre le maire de cette localité.

Certaines voix se sont alors levées au sein de la population  pour dénoncer cette procédure. Car pour eux, des personnes citées n’ont jamais reçu  de convocation. Malgré l’intervention du sous-préfet, les gendarmes décideront finalement de rentrer dans le village. Ils ont lancé des gaz lacrymogène,  fait des tirs de sommation et procédé à des arrestations. A en croire les témoignages que nous avons recueillis surplace, ils ne se sont pas limités à cela. Ils se seraient attaqués aux domiciles  de certains citoyens et  voler leurs biens

 « Quand les gendarmes sont arrivés, ils ont dérangé tout le monde sans distinction. Ils ont détruit des télé-centres et offensé des portes pour voler de l’argent  des gens» nous a confié un habitant.

 « Moi je ne suis pas de Foumabadou, je suis étranger ici. Quand les mouvements ont commencé, mon tuteur m’a dit de rester avec lui dans la cour, de ne pas mêler à la foule. J’ai donc quitté  mon logement pour les rejoindre dans la grande cour. C’est là-bas que nous sommes restés  quand les gendarmes sont venus. Un d’entre eux m’a retiré mon téléphone. Quand j’ai réclamé, il m’a remis mais ils m’ont arrêté et m’ont embarqué dans leur pickup. Dès qu’ils nous ont libérés dans  la soirée, je suis venu trouver qu’ils ont pris mes 80 000 FCFA. Celui qui m’avait retiré mon appareil je peux le reconnaitre partout. Il avait une vingtaine de téléphones dans sa main »  témoigne Vassiama Camara.

Comme lui d’autres personnes disent avoir été victimes de vol. C’est le cas d’une femme qui dit avoir perdu plus 4 000 000 GNF.

Ces exaction des gendarmes ne sont pas les premières du genre dans la région de N’zérékoré. Chaque fois que des agents des forces de l’ordre sont déployés dans la localité dans des circonstances pareilles, ils s’attaquent aux biens des citoyens.  Les mêmes situations se sont déjà produites dans les localités de Zogota et de Womey où ils ont pillé des magasins et volés du bétail.

Mamady 2 Camara, correspondant à N’Zérékoré

Print Friendly, PDF & Email