Incendie à la PCG de Labé : Deux magasins de produits pharmaceutiques réduits en cendre

0
44
Incendie à la PCG de Labé : Deux magasins de produits pharmaceutiques réduits en cendre

Deux magasins de la Pharmacie centrale de Guinée  (PCG) à Labé ont été réduits en cendre. Le sinistre s’est produit dans la nuit du dimanche à ce lundi 24 juin 2019 aux environs de 22 heures dans la cour qui abrite les Directions régionale et préfectorale de la Santé, PCG.

Les deux magasins remplis de produits pharmaceutiques ont été consumés par les flammes, constaté sur place lecourrierdeconakry.com.

Informées de la situation, toutes les autorités sanitaires de Labé se sont vite rendues sur les lieux. Dr Hady Diallo est le DPS de Labé. Il pense que l’origine de que pourrait être un court-circuit : « C’est dans la grande cour où nous avons toutes les infrastructures, il y a la DRS, la DPS. Donc, on a des magasins qui contiennent du matériel dont seule la responsable du PCG pourrait détailler. Donc, on nous a alertés vers 23 heures. On est venus constater le fait et probablement ça doit être un court-circuit ».

Mais faute de moins d’intervention, car l’unique véhicule d’intervention des pompiers de Labé a été calciné l’année dernière par des jeunes en colère,  ils ont eu du mal à maitriser les flammes. « On s’est demandé qu’est-ce qu’il fallait faire parce que les sapeurs-pompiers ne pouvaient pas intervenir car on nous a dit qu’ils n’ont pas les moyens. Au finish, on a trouvé une solution en appelant le véhicule citerne de Guicopress qui est venu nous assister. Donc avec eux, on a pu éteindre le feu. Comme vous l’avez constaté, au moins les murs sont intacts, mais il y a deux appartements contigus où toute la toiture a été décimée et l’intérieur aussi rien n’est resté », précise le Dr Hady Diallo.

Rencontré sur place ce lundi matin, Madifing Diané, le gouverneur de Labé a livré ses impressions : « Le constat est désolant et Dieu soit loué que les réserves essentielles n’ont pas été touchées, à savoir les médicaments mais il faut quand même noter que le dégât est très important. Dans ce sens on ne peut qu’exprimer notre état de tristesse et de désolation ».

Bah Djenabou Labé, pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email