Le corps sans vie d’un homme âgé d’une quarantaine d’années a été découvert dans la matinée de ce vendredi 12 avril à Cosa, secteur Bantounka 2 dans la commune de Ratoma. Le défunt serait victime d’un accident de la circulation.

Interrogé sur place cette unième découverte macabre dans son quartier, Thierno Amadou Diallo, interpelle les forces de défense et de sécurité. Il leur demande de jouer leur rôle régalien dans la protection des citoyens en renforçant les patrouilles diurnes et nocturnes.

“C’est ce matin que j’ai été appelé par un monsieur, peu de temps après le commissaire central aussi m’a appelé pour m’informer qu’il y a eu une découverte de corps sans vie dans mon quartier. C’est ainsi que je suis venu pour constater et j’ai effectivement trouvé un corps. Il semble qu’il a fait un accident. Il n’est pas un habitant de mon quartier. Son âge doit varier entre 30 à 40 ans. Ce n’est pas la première fois que des cas similaires surviennent dans mon quartier. On a découvert beaucoup de corps ici…C’est pourquoi d’ailleurs, j’invite les autorités de haut niveau à investir dans la sécurité. Les forces de l’ordre doivent faire des patrouilles nocturnes, sans elles même les populations peuvent s’attaquer entre eux”, a laissé entendre le président du conseil de quartier de Cosa, Thierno Amadou Diallo.

Pour le moment, l’identité de la victime n’a pas encore été connue. Hamadi Diallo, président de la jeunesse de Cosa revient sur les circonstances dans lesquelles le corps a été retrouvé. “C’est à travers les femmes qui revenaient du marché que j’ai appris qu’il y a un corps sans vie au niveau des rails. Je me suis précipitée pour venir. Il doit être victime d’un accident si tel est le cas, les conducteurs de véhicules doivent faire très attention parce qu’ici tout se passe sur la route.”

Sélectionné pour vous :  Société : l’arbre historique de ‘’Kassia Boungni’’ est tombé !

Informé de la situation, le médecin légiste et la police scientifique se sont vite rendus sur les lieux. Pour en savoir plus sur les circonstances de la mort de l’homme, les journalistes présents sur les lieux ont interpellé le médecin légiste, mais il n’a pas daigné répondre aux questions des hommes de médias.

Jusqu’au moment où nous publions cet article, l’identité de la victime n’est pas encore inconnue. Aucun des citoyens n’a pu reconnaître le monsieur. Finalement le corps a été mis à la disposition de la police scientifique pour des fins d’enquêtes.

Ibrahima Foulamory Bah pour lecourrierdeconakry.com

LAISSER UN COMMENTAIRE AVEC Facebook