En prélude du gala humanitaire pour les indigents, prévu ce samedi 13 avril aux chapiteau By Issa, les organisateurs de l’évènement ont tenu une conférence de presse ce jeudi à Conakry.

Le Directeur Général du Fonds de Développement Social et de l’Indulgence (FDSI), Lansana Diawara et l’artiste tête d’affiche, Sékouba Bambino ainsi son confrère Fodé Kouyaté sont revenus sur les tenants et les aboutissants de ce concert qui vise à récolter des fonds pour soigner malades.

Dans son intervention de circonstance, le Directeur Général du FDSI, Lansana Diawara a expliqué a salué cette belle initiative de Bambino tout en assurant qu’il y aura une communication sur les fonds récoltés.

« Tout le peuple est invité. La particularité est qu’après le gala humanitaire, il y aura une autre communication qui va se suivre pour faire le point sur les fonds qui seront récoltés. C’est quelque chose de très important dans notre pays. »

Poursuivant son speech, il rappelle le rôle de sa structure en disant : « Nous, on est le service humanitaire de l’Etat guinéen. Nous avons en charge de conduire la politique du gouvernement en matière de protection sociale non contributive. C’est l’Etat qui met la main dans la poche pour accompagner les citoyens qui vivent dans l’extrême pauvreté. »

Très engagé dans l’humanitaire, l’ambassadeur de l’UNICEF annonce un concert exceptionnel et promet de chanter pour les malades.

Sélectionné pour vous :  Cour d'Appel de Conakry : ce que les associations de presse et le Procureur général se sont dit

« Ce gala ne sera pas comme les autres. C’est vrai que chaque évènement à ses réalités, cette fois ci c’est une autre réalité qu’on ne va jamais voir. Je serais là avec mon public pour chanter pour les malades. D’habitude, c’est moi qui chante pour le public mais cette fois, le public et moi, nous allons chanter pour les malades. Ça va être une soirée inoubliable, a indiqué Bambino avant de révéler que l’une des raisons de cet engagement en faveur des malades est liée à son enfant.

« Mon petit garçon a eu la polio. On a beaucoup fait pour lui, pour que ça puisse marcher. Si j’arrive à faire des choses pour mon fils, pourquoi pas pour d’autres enfants. J’ai réfléchi, c’est pourquoi j’ai appelé mon frère Diawara pour faire ce projet. »

Soya Ibrahima

LAISSER UN COMMENTAIRE AVEC Facebook