Justice : Le procureur de la cour d’appel de Kankan s’insurge contre la vindicte populaire

0
1093

Le procureur de la cour d’appel de Kankan vient de se prononcer sur l’auto justice. Un phénomène très fréquent   en haute guinée et en guinée forestière.   William Fernandez a fermement condamné ce phénomène qu’il qualifie  de vengeance privé. Il  l’a fait savoir au cours d’un entretien qu’il a accordé aux journalistes en marge de la session foraine qui se tient actuellement au tribunal de première instance de N’Zérékoré.

Les populations qui ont  presque perdu confiance en  la justice tentent souvent de se rendre justice. Cette situation a été beaucoup plus constatée ces derniers temps dans les localités de la haute Guinée et de la Guinée Forestière dans la juridiction de la cour d’Appel de Kankan. D’où la colère du procureur général de cette cour.

« …Quand on prend la forêt, qu’est ce qui se passe ? Dès qu’il y a une infraction, les services de sécurité se mobilisent, font leur travail, arrêtent les gens. La population vient pour demander aux services de sécurité de leur donner la personne qui est arrêtée pour qu’elle la brule. Où allons-nous ? Nous sommes dans quelle société aujourd’hui ? Les citoyens ont-ils le droit de se rendre justice ? Dans la constitution guinéenne, il est dit que la justice est rendue en Guinée par les cours et les tribunaux » a déclaré William Fernandez.

Pour lui dans la plupart des cas, ceux qui commettent ces crimes sont des loubards.

 « Souvent d’ailleurs ceux qui viennent lapider, ceux qui viennent saccager, comme ça a été le cas à Guéckédou et à Yomou ne sont même pas intéressés. Ce sont des loubards. Pour le cas de Yomou la personne qui a tué a été arrêté en brousse par les citoyens non pas par les services de sécurité. Ils ont eu la culture civique de prendre cette personne et de l’emmener juste dans les locaux de la gendarmerie. C’est après ça que la foule revient pour demander à la gendarmerie de leur  rendre la personne qu’on vient de déposer. Et le commandant de la gendarmerie s’est opposé. La gendarmerie et la police se sont toutes battues pour extraire le gars et lui éviter une mort atroce comme on a vu à Kissidougou dans Sangaradö. Quand la population a su que le monsieur est arrivé à N’Zérékoré, elle s’est attaquée  aux locaux de la gendarmerie et au domicile de monsieur le préfet » a-t-l rappelé.

Il a par ailleurs invité les médiats à s’impliquer dans la sensibilisation des populations pour éviter ce genre de situation.

« Il faut nous aider à passer le message. Nous, notre travail c’est de juger. Notre travail n’est pas d’aller à la radio pour dire aux gens comment ils doivent se comporter, pour l’instruction civique. Il parait qu’ici, la population écoute beaucoup la radio. Faites l’instruction civique. Demandez  aux populations d’écouter et dites leurs leurs droits. Il peut-être les gens agissent par ce qu’ils ne connaissent pas leurs droits » a enfin ajouté William Fernandez, procureur de la Cour d’Appel de Kankan.

Mamady 2 Camara, correspondant à N’Zérékoré

Print Friendly, PDF & Email