Yomou : Le ministre de la pêche en sapeur-pompier

0
878

Une mission gouvernementale  dirigée par  le ministre de la pêche, de l’aquaculture et de l’économie maritime séjourne depuis quelques jours dans la région forestière précisément.  A Yomou, son objectif est de ramener le calme dans cette préfecture qui a connu des violences la semaine dernière. Cette mission a rencontré lundi les populations à la base pour un retour à la vie normale.

Depuis leur arrivée, André Loua et sa suite multiplient des rencontres  sur le terrain. Invité dans une émission sur Zaly Fm, le chef de mission s’est dit préoccupé par cette situation.

« On a enregistré des armes qui étaient avec des criminels et  qui étaient entreposées à la gendarmerie. Ces armes ont disparu, on ne sait pas qui les a emportées dans la violence.  Donc aujourd’hui, ces armes sont dans les mains des criminels potentiels qui peuvent commettre d’autres crimes plus graves que ce qui vient de se passer ».

Poursuivant, le parrain de Yomou s’est interrogé sur le comportement des jeunes qui ont saccagé les édifices publics.

« On fait des choses incroyable qu’on ne peut pas voir ailleurs. Pourquoi ? C’est une question à laquelle je n’ai pas de réponse.  Puisqu’on ne peut pas s’expliquer pourquoi cette révolte des jeunes qui n’étaient même pas au courant de ce qui s’est passé à  Kôlyé (district où est parti Ndlr) ? C’est une manipulation » a lancé le ministre André Loua.

Pour rappel, une foule en colère à saccagé la semaine dernière la résidence privée du préfet et du commandant de la gendarmerie de Yomou. Cela fait  suite à l’arrestation d’un jeunes accusé d’avoir tué son rival dans le district de Kôlyé. Cette foule réclamait ainsi la tête de ce dernier.

Interrogé sur le sujet, Atanas Florent Kpogomou, coordinateur des ressortissants de Yomou à Conakry a déploré ces actes de barbaries.

« Au moment où je vous parle, le commandant et sa famille n’ont même pas un matelas dans leur chambre. Ce qui prouve à suffisance que l’acte a été sérieusement sévère.  Ensuite nous sommes allés voir chez monsieur le préfet. Là, le constat a été très alarmant. Ce bâtiment a été complètement vandalisé. Toutes les chambre ont été visitées par les malfrats » a-t-il expliqué.

Aux dernières nouvelles, le calme est revenu sur le terrain. Pendant ce temps plusieurs jeunes seraient arrêtés et détenus dans à la maison centrale de N’Zérékoré.

Mamady 2 Camara, correspondant à N’zérékoré

Print Friendly, PDF & Email