Dans la clôture de la phase de témoignages sur les événements du 28 septembre, le Colonel Gabriel Tamba Diawara, a comparu ce lundi 19 février à la barre du tribunal de première instance de Dixinn, délocalisé à la Cour d’appel de Conakry.
Ce gendarme habillé en tenue militaire a dans son témoignage indiqué au tribunal qu’il ignore ce qui s’est passé au stade en 2009, car il était absent des lieux du massacre.  Étant donné qu’il était Officier de Police Judiciaire au PM3, au moment des faits, le témoin s’est accentué sur le cas du Colonel Kalonzo. Ce dernier qui se trouve dans le box des accusés, disait qu’il était incarcéré au PM3 le jour du 28 septembre à cause d’un problème d’argent avec le Colonel Tiégboro Camara.Par rapport à cette inquiétude, le témoin Colonel Diawara, n’a ni infirmé ni confirmé la présence de Colonel Ibrahima Kalonzo au stade le jour du massacre.
Malgré l’insistance des avocats, l’ancien commandant du PM3, précise qu’il ne peut pas être formel sur cette épineuse question.

« Quant le Colonel Kalonzo sortait du prison j’étais lieutenant. C’est Colonel Bah Oury qui était commandant du PM3. C’était un week-end. » a affirmé le Colonel Diawara.
Tout de même, il confirme que ce n’est pas le 28 septembre que Colonel Kalonzo a été libéré.

Plus loin, le témoin soutien qu’il avait effectué des démarches pour réconcilier le Colonel Tiégboro au Colonel Kalonzo. C’est suite à cela que ce dernier a été libéré pour être affecté à Fria.

A la fin de la déposition, les conseillers des différentes parties se sont prononcés sur le témoignage du Colonel Gabriel Tamba Diawara.

Pour Me DS Barry, avocat de la partie civile, le passage de ce dernier témoin ne blanchi pas l’accusé.
« C’est un camouflée pour le Colonel Kalonzo qui voulait trouver avec le Colonel Gabriel, l’ultime chance de s’en sortir de cette affaire. Malheureusement pour lui, le Colonel Gabriel est un homme intègre qui a choisi la vérité et qui n’a pas voulu tomber dans la complaisance du sentimentaliste et de l’aspect camaraderie. Il n’a jamais confirmé les propos tenus par le Colonel Kalonzo tenus à cette barre qui consistaient à trouver des alibis pour l’extraire au procès. Le Colonel Gabriel a été clair et précis. Il n’a jamais confirmé que le Colonel Kalonzo était en détention au moment des faits. Donc cela signifie que l’accusation selon laquelle, le Colonel Kalonzo peut perpétrer le massacre au stade tient la route. L’argument contraire n’a pas été développé à cette barre. Je pense que les carottes sont cuites pour le Colonel Kalonzo. Son témoin a refusé de confirmer son récit. »

Par contre, selon Me Salifou Béavogui, avocat de Kalonzo, le passage du Colonel Diawara prouve que son client n’est pas lié au massacre du 28 septembre.

« Notre objectif est atteint. Le Colonel Gabriel a reconnu que le Colonel Kalonzo a séjourné au PM3…Il a reconnu que personne n’est sorti du PM3 pour aller au stade. Donc ces faisceaux d’éléments, tous ces indices concordants prouvent à suffisance effectivement, le Colonel Kalonzo était au PM3 les 27, 28 et jusqu’aux jours qui ont suivi. Depuis qu’il est sorti, il est affecté à Fria. C’est clair,  aux dires du Colonel Tiégboro, du Colonel Diawara et du Colonel Condé, il n’y a aucune contradiction pour moi…Nous pensons que Kalonzo a beaucoup de chances de s’en sortir. Le Colonel Gabriel est venu confirmer qu’il était au PM3. »

Cette déposition du Colonel Gabriel Tamba Diawara marque la fin de la phase de témoignages du procès 28 septembre dont les audiences ont démarré en fin 2022.

D’après le président du tribunal, Ibrahima Sory 2 Tounkara, le procès est renvoyé pour le 26 février prochain. Dans la nouvelle phase, le tribunal présentera aux parties et au public les contenus des CD.

« Il est produit au dossier beaucoup de CD qui avaient été objets de beaucoup de discussions au début. Le tribunal avait dit qu’au moment opportun ces CD allaient être visionnés par tout le monde. On vient à cette phase. On va connaître le contenu de ces CD. Mais on va attendre à ce que la salle soit préparée à ça. On mettra cette semaine à profit pour faire cette tâche. A partir du lundi prochain, on va pouvoir visionner et auditionner ces CD » a annoncé le juge.

Ibrahima Soya