Recrutement dans l’armée : Des candidats malheureux dénoncent une magouille à Labé      

0
264

Le concours de recrutement au sein des forces armées guinéennes continue d’alimenter les débats en Guinée. Quelques heures après la fin des premières épreuves physiques, les 1 360 candidats en lice du côté de la région administrative de Labé sont en fin situés sur leur sort.

Finalement le jury a retenu 563 candidats, selon le résultat publié le lundi 15 avril 2019. Un résultat qui ne reflète pas les réalités du terrain, selon des candidats qui n’ont pas manqué de se faire entendre.

Pour Ibrahima Kemo Léno, qui a pris la responsabilité de porter la voix des mécontents, ce résultat a purement et simplement été trafiqué du côté de la région de Labé. Car pour eux, des jeunes qui n’ont nullement assisté au concours ont été mis à la place des candidats qui ont risqué leur vie pour tenter une chance d’intégrer l’armée.

« Moi je ne suis pas content car c’est 45 minutes qu’on nous a donné pour la course. Moi j’ai fait 28 minutes. J’ai été classé 35éme et j’ai eu de bonnes notes. En plus, chaque matin on venait ici à la préfecture et on voyait les boss qui venaient ici en véhicule avec leurs enfants. Ils ont payé, ils ont négocié et les gens qui ont fait le test n’ont pas été recrutés. Ils ont pris leurs enfants à la place des autres. On a des preuves car on n’a pas eu le concours », déclare Ibrahima Kemo Léno.

De son côté, la commission de supervision du concours à Labé n’est pas allé par quatre chemins pour réagir : « Ils n’ont qu’à venir voir car toutes les listes sont affichées, ou dire exactement où il y a eu magouille. On a voulu afficher les résultats sans note, mais le préfet a dit non. Il faut afficher tout ce que chaque candidat a eu. Donc nous on a aucune crainte par rapport à ça »,  soutient Lancinet Sangaré, le secrétaire général chargé des collectivités décentralisées de la préfecture de Labé.

Selon cette même commission, les épreuves de dictée et questions qui sont la prochaine étape du concours se tiendront si tout va bien cette même semaine à Labé.

Bah Djenabou Labé, pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email