Dans son long séjour de travail à l’étranger, le président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) a rencontré cette semaine dans la capitale sénégalaise plusieurs personnalités du parlement européen et d’autres intellectuels. Au cours de cet entretien, l’ancien premier ministre guinéen a donné son avis sur le phénomène d’immigration clandestine tout en mettant un accent sur le causes.

《J’ai eu, ce lundi 14 novembre, à la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté (FNF) à Dakar, des entretiens avec une délégation de personnalités européennes comprenant des parlementaires, des chercheurs, des journalistes et des élus en mission au Sénégal.

Nos échanges ont porté essentiellement sur la migration et les politiques migratoires en Europe et en Afrique de l’Ouest.

Dans mon allocution, j’ai essayé d’identifier les facteurs qui sont à l’origine des départs massifs des jeunes pour l’Europe et l’Amérique du Nord.

À cet égard, j’ai cité la pauvreté rurale aggravée par l’échec des politiques de développement rural, le chômage urbain provoqué par l’insuffisance des investissements notamment dans le secteur industriel.

A cela, j’ai ajouté l’absence de démocratie, la restriction des libertés fondamentales et les violations récurrentes des droits humains.》A posté le leader politique.

Le Courrier de Conakry