Le Tribunal de première instance de Dixinn a rendu ce vendredi, 23 février 2024, son verdict dans l’affaire ministère public contre Sékou Jamal Pendessa, secrétaire général du Syndicat des Professionnels de la Presse de Guinée (SPPG).
Dans sa décision prise, le Tribunal a déclaré Sékou Jamal Pendessa coupable de délit de participation délictueuse à un attroupement, de provocation d’une réunion sur la place publique, menace et atteinte à l’ordre public, à la sécurité, à l’intégrité et à la dignité humaine.
Pour la répression, le Tribunal l’a condamné à 6 mois d’emprisonnement dont 3 mois assortis de sursis et une amende de 500 mille francs guinéens. Déjà, la défense a exprimé son intention de relever appel contre cette décision.
Pour rappel, Sékou Jamal Pendessa a été arrêté manu militari par des gendarmes le 19 janvier 2024, au carrefour de Dixinn terrasse et conduit à la gendarmerie de la brigade recherche de Kipé. Après 4 jours de détention dans cette brigade, il a été présenté au juge du tribunal de première instance de Dixinn le 22 janvier 2024 et inculpé pour participation délictueuse à un attroupement, de provocation d’une réunion sur la place publique, menace et atteinte à l’ordre public, à la sécurité, à l’intégrité et à la dignité humaine avant d’être mis sous mandat de dépôt à la maison centrale de Coronthie.
Cette condamnation du journaliste Jamal Pendessa par le juge  TPI de Dixinn, va l’encontre de la loi L002 qui dépénalise les délits de presse.
Ibrahima Foulamory Bah pour lecourrierdeconakry.com